Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / Les gens

Toute une vie pour devenir soi

par Sandra Mignot

Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

Quand Giovanna Rincon déboule à Paris, elle arrive tout droit d’Italie, accompagnant en ambulance une de ses amies d’enfance à un stade très avancé du sida. C’était en 2002. Comme beaucoup de travailleuses du sexe, immigrées clandestines et transgenres, l’amie en question, Valérie, n’a jamais consulté de médecin avant de se trouver dans cette situation. Giovanna se bat alors pour qu’elle soit prise en charge à l’hôpital Bichat, centre de référence pour cette maladie. La jeune femme sera finalement accueillie à la Pitié-Salpétrière. Giovanna lui aura sauvé la vie.

Ancrée dans le 18e

Mince, féminine, apprêtée, la voix douce mais affirmée, lorsqu’on la rencontre elle achève de déménager avec son association de Château Rouge à Marx Dormoy. Le 18e est un peu son fief. « J’y habite, je suis suivie à Bichat depuis que je suis arrivée d’Italie, dans le service où je voulais faire hospitaliser ma copine Valérie, et j’y ai installé l’association. » Elle investit actuellement de vastes locaux en rez-de-chaussée et en vitrine, pour poursuivre les missions d’Acceptess-T, qu’elle a fondée en 2010 : accompagner les personnes trans vers le droit, l’accès aux soins, proposer des cours de français ou des séances de sport, produire des données scientifiques et participer à la recherche. « Je suis admirative de son engagement », souligne Geneviève Garrigos, son amie, élue du XXe arrondissement et ancienne présidente d’Amnesty France. « C’est une femme incroyable d’empathie. Il faut voir comment elle a toujours un petit mot pour chacune. Sa préoccupation essentielle ce sont les personnes. »

Giovanna peut être fière de ses 14 salariés et des plus de 2000 personnes accompagnées chaque année au sein de son association. « Ma mère, qui est aujourd’hui ma première fan, dit qu’elle est très admirative de la manière dont, malgré toute la maltraitance dont j’ai pu être victime, j’ai été capable de “résilier” tout ça pour donner autant ensuite autour de moi. » Elle égrène avec satisfaction les responsabilités assumées au fil des ans : administratrice de Sidaction, membre du comité de pilotage de Vers Paris sans sida, co-porte parole de la Fédération trans et intersexes et du STRASS (le syndicat du travail sexuel), et vice-présidente du CoreVIH* Ile-de-France. « C’est une première en France d’avoir nommé une personne trans à ce poste », souligne Florence Michard, médecin du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat. Elle connait Giovanna de longue date, puisque son service a signé une convention avec Acceptess-T pour mieux accompagner les personnes trans séropositives.

S’accrocher à la vie

Le chemin parcouru a été semé d’embûches depuis que l’enfant de Bogota a commencé à revendiquer son identité féminine, à 12 ans. Rejetée par sa famille, puis réconciliée, Giovanna travaille dès l’âge de 15 ans dans le salon de coiffure qu’elle a créé. A 20 ans elle se découvre séropositive. « J’ai décidé de partir, laissant derrière moi toutes les violences (la guerre civile dans le pays, la pauvreté et les discriminations dont elle est l’objet, ndlr) pour aller voir ce qu’il y avait de l’autre côté de l’océan. Je pense aujourd’hui que c’était ma façon de m’accrocher à la vie. »

A l’époque un médecin lui prédit qu’elle n’a plus que trois ans devant elle. Son projet est clair et réfléchi : elle sera à son tour travailleuse du sexe, car elle connait de nombreuses prostituées colombiennes en Italie qui font ainsi vivre leur famille au pays.

La voilà donc à Rome, en 1993, où elle mène sa petite entreprise : « En un mois j’avais remboursé mon billet d’avion et en trois acheté une maison pour ma mère. » Les discriminations sont difficiles à vivre. Lorsque les traitements antirétroviraux sont enfin disponibles, un premier médecin les lui refuse. Elle s’appuie sur l’argumentaire d’une association et revient à l’hôpital pour bénéficier des analyses nécessaires à la prescription du traitement. « A partir de là je suis devenue une référente pour ma communauté dans l’accès aux traitements. Pourtant, je n’osais toujours pas dire que j’étais séropositive. » A cette époque, les patients se cachent et se travestissent pour aller en consultation.

La crainte du stigmate

Celle qui a un niveau scolaire très modeste – cinq ans d’école primaire – se met à lire tout ce qu’elle trouve sur le virus, sa prévention et la défense des droits fondamentaux. « Je deviens un mix entre travailleuse sociale, activiste, patiente experte, leader communautaire. » Mais quand Giovanna arrive en France, elle n’a pas encore brisé les chaînes. « Elle était déjà dans la militance, mais peu sûre d’elle », se souvient Florence Michard. Toujours travailleuse du sexe, elle s’investit auprès de l’association Prévention action santé travail pour les transgenres (PASTT). Puis elle crée Acceptess-T : « J’ai dû me débarrasser du stigmate, car pour pouvoir lutter il fallait absolument que je parle à la première personne du singulier. »

Depuis, Giovanna a beaucoup construit : mise en place du dépistage et de l’accès aux soins dans les locaux de l’association, création d’un fond social d’assistance indépendant des subventions publiques, ouverture prochaine d’une maison pour l’hébergement des personnes transgenres à la rue… Dernier succès en date : sa participation au procès des assassins de Vanessa Campos, assassinée il y a trois ans dans le Bois de Boulogne. Les principaux responsables du crime ont été condamnés à 22 ans de réclusion. La militante est satisfaite du verdict mais il y a plus : « Cette fois j’étais auditionnée en tant que témoin experte. Après qu’on nous ait si longtemps ignorées, notre parole est enfin considérée comme fondamentale. »

La bataille pour les droits de Giovanna est loin d’être terminée. Elle entend bien continuer de combattre la pénalisation des clients de la prostitution qui amène tant de femmes à travailler dans l’insécurité. La transformation de la chrysalide est achevée et celle qui en a émergé n’est pas près de baisser les bras !

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.

n° 307

septembre 2022