Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / Charles-Hermite-Evangile

La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

par Stéphane Bardinet

Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.

Les anciens locataires ont été relogés et les travaux de désamiantage sont déjà bien avancés. D’ici 2025, elle sera entièrement rénovée pour accueillir des étudiants en musicologie et en danse, ainsi que des jeunes travailleurs. Comme elle est exposée au bruit et à la pollution en bordure du périphérique (la filtration de l’air intérieur sera particulièrement travaillée), la durée de résidence y sera de trois à quatre ans maximum.

Que faire d’une vieille tour ?

La restructuration totale est ambitieuse. A l’angle de l’avenue de la porte des Poissonniers et en bordure du périphérique, le bâtiment construit par l’architecte Raymond Lopez en 1959 est mitoyen du stade des Poissonniers. La tour accueillera 157 logements de deux ou trois pièces, individuels ou en colocation, prévus pour 209 étudiants et jeunes actifs. Elle a été construite selon un principe de demi-étage qui créait sur la façade un jeu de colonnes de carreaux décalés assez réussi. Les architectes en charge du projet ont voulu lui redonner son esprit originel.

Elle avait déjà fait l’objet d’une rénovation pour une isolation par l’extérieur en 1989 qui l’avait transfigurée avec des façades unies aux couleurs pastel. Après qu’une destruction complète ait été envisagée au début des années 2010, le choix s’est porté finalement sur une restructuration. Seule modification de taille, pour densifier le nombre d’habitants et gagner de la surface, les façades nord et sud seront élargies jusqu’au deux tiers de la hauteur de l’immeuble.

A l’intérieur, les cages d’ascenseurs – à l’origine au centre des plateaux – seront excentrées pour offrir un espace ouvert, comme une invitation aux échanges entre voisins de palier. Les espaces communs et la convivialité sont au centre de la réflexion. En conséquence, l’immeuble abritera des lieux partagés tels qu’une cuisine permettant d’accéder au toit terrasse et des jardins, au-dessus des élargissements évoqués plus haut. A l’intérieur, en hauteur, un espace traversant sera dédié au sport et plus bas, côté sud au travail et à la lecture.

Un beau jardin et des espaces de répétition

Au rez-de-chaussée côté nord, l’entrée de la résidence accueillera un espace de 700 m2 dédié à la danse et aux arts vivants pour les étudiants. Derrière, en contrebas, donnant sur un rez-de-jardin, un espace vert arboré de près de 2000 m2. Il sera réagencé par une paysagiste mondialement connue, installée dans le 18e, Catherine Mosbach, qui a rejoint ce « petit » projet en voisine. Dans ce jardin, de petits locaux à toits plats enfoncés dans le sol à des hauteurs différentes et créant de loin un amas chaotique, abriteront des studios de répétitions qui s’intègreront dans la promenade.

Les étudiants, dont beaucoup en musicologie, se trouveront ainsi à cinq minutes de l’antenne de Paris Sorbonne rue Francis de Croisset, de l’autre côté du stade des Poissonniers. Ceux en licence ou en master de l’UFR de musicologie disposeront ainsi d’un cadre de vie et de conditions d’études de qualité. Cette nouvelle résidence étudiante, confirme la vocation universitaire de l’arrondissement avec le site de Paris Sorbonne et le campus Condorcet à porte d’Aubervilliers.

Un bâtiment d’avenir ?

Au-delà du changement de résidents, cette tour, une des premières de son genre, représente, pour qui s’intéresse au logement, à l’habitat ou à l’urbanisme, un témoin qui plonge dans l’histoire du XXe siècle parisien, annonçant les grandes tours et les cités des années 1960. Pour l’avenir, le projet de rénovation est en prise complète avec les préoccupations contemporaines liées autant à la qualité de vie, aux considérations écologiques et à la vie collective. Le 18e du mois reviendra sur les divers aspects saillants de ces évolutions pour penser l’habitat avec les parties en présence. •

Photo : Davide Del Giudice

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 307

septembre 2022