Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / Culture

Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

par Dominique Boutel

Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.

Trente jeunes artistes émergeants, venus des quatre coins de l’Europe sont réunis par le collectif Fetard pour présenter pendant un mois leur travail, interrogeant une fois de plus la frontière entre travail photographique et art contemporain, dans une mise en forme signée du duo de scénographes Big Time. Innovation, formes multiples, audace, déterminent les choix du collectif, donnant à voir – à travers les œuvres exposées – des regards très divers et inédits sur les questions d’aujourd’hui : le genre, notre rapport à l’animal, la réécriture du voyage, certains aspects de notre société, les références littéraires, la guerre.

De nombreuses formes sont explorées, du roman-photo revisité aux documentaires, de la fiction au reportage, jusqu’au volume…

Cette année, un regard sera porté plus particulièrement sur l’Arménie, avec quatre artistes invités. Les deux premiers travaillent autour de la guerre. Areg Balayan est un photojournaliste qui passe ici à la création. Vaghinak Gazharian, inspiré par les conséquences du conflit arméno-azerbaïdjanais (de septembre à novembre 2020), évoque les traumatismes et l’incertitude consécutive aux combats. Karen Katchaturov montre un travail aux allures pop et surréalistes sur la solitude et l’aliénation portée par notre société moderne. Enfin Sona Mnatsakanyan explore la ville un peu perdue de Vanadzor au nord du pays, cité post-soviétique dénuée de toutes ses industries où de jeunes créateurs ont décidé, malgré tout, de s’installer.

On retrouvera comme chaque année quelques images dans le couloir qui relie la station de métro La Chapelle au hub de la gare du Nord. A la fois populaire et professionnel, le festival propose également une version Little Circulation(s) à hauteur d’enfants, explications adaptées et interactions assurées, ainsi qu’un parcours ados. Décapant !

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 307

septembre 2022