Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2022 / Saint-Ouen - Clignancourt

DÉ-LIVREZ LA RUE JEAN DOLLFUS ! [Article complet]

par Sandra Mignot

Des riverains se mobilisent face à un projet immobilier incluant l’installation d’une plateforme logistique dans leur rue.

De petites affiches sont apparues autour de la rue Jean Dollfus : les habitants s’inquiètent de la construction d’une plateforme logistique au numéro 13 et appellent à la mobilisation. L’investisseur, Cogedim, a racheté les locaux de l’entreprise Applimo, dont les entrepôts n’étaient plus utilisés de longue date. Pour les voisins, l’implantation annonce diverses nuisances.

Bien sûr, ils craignent pour la tranquillité du quartier. Les travaux devraient durer deux années. Il faudra détruire le bâti existant, creuser deux niveaux en sous-sol puis dresser cinq bâtiments sur la parcelle, dont le plus haut atteindra huit étages (contre trois actuellement).

Mais surtout, les riverains mobilisés craignent, à long terme, pour la sécurité de leur rue. Jean Dollfus est en sens unique, allant de la rue Leibniz au boulevard Ney. Outre l’engorgement pendant les travaux, la circulation et la sécurité des piétons une fois la plateforme en fonction pourraient être impactées. « Les vélos cargos la prendront en contre-sens, éventuellement en empruntant les trottoirs, pour se charger ou partir plus vite », assure Jean Roche, qui compte parmi les riverains mobilisés. Or, de nombreux piétons empruntent cette petite artère au large trottoir qui mène à des crèches, des écoles, des collèges et bientôt à la nouvelle piscine. L’angle de braquage des vélos cargos apparaît trop ouvert pour aborder la petite rue depuis le boulevard, seule piste cyclable à proximité. Quant aux camions de livraison, les riverains voient difficilement comment ils pourront aborder l’entrée de l’entrepôt.

Déjà prévu au PLU

Reste que l’installation d’une plateforme logistique à cet endroit est déjà inscrite au plan local d’urbanisme. Et sur le plan architectural le projet est dans les clous. « Il y a des centres logistiques dans Paris et compte tenu des conditions de consommation actuelles, il y en aura encore d’autres à installer », assure Mario Gonzalez, adjoint (PS) au maire du 18e chargé de l’urbanisme et du logement. « Mais nous pouvons entendre les craintes des habitants, et envisager des aménagements pour faire en sorte que l’équipement soit le plus vertueux possible. » A cet effet, la Mairie a organisé deux réunions avec les services de la voirie et Cogedim. L’adjoint au maire en charge de la voirie n’a pas répondu à notre sollicitation. Mais la Mairie a proposé aux riverains inquiets de visiter un centre similaire rue Mouffetard. « Nous avons refusé, car c’est un quartier très différent, explique Jean Roche. Le 18e ce n’est pas la même sociologie que le 5e. »

La Mairie a aussi demandé à Cogedim de rédiger un cahier des charges à destination de l’entreprise qui opérera la plateforme. Celui-ci a été transmis aux services de l’urbanisme pour examen. Mario Gonzalez précise cependant que la Mairie n’a pas compétence pour contraindre au respect d’un tel document. « Et quel serait l’intérêt de l’investisseur de produire des règles contraignantes, alors que l’exploitant final n’est pas encore engagé », s’interroge Jean Roche. Aucune info n’est disponible quant à l’amplitude horaire de l’activité ou au nombre de véhicules attendu.

Et pour l’heure, rien ne semble concrètement s’opposer à la délivrance du permis de construire, même s’il n’a pas encore été accordé. « Malgré toutes les réunions et les échanges avec la Mairie nous avons l’impression que rien ne bouge » regrette Jean Roche.

Dans le même numéro (octobre 2022)

  • Le dossier du mois

    Jardin d’Éole, à la rencontre du monde

    Orlane Paget, Sandra Mignot
    Les Jardins d’Eole, dès leur ouverture, ont attiré de multiples activités de loisir. Si de nombreuses animations y sont organisées par la Mairie et les associations, différentes communautés ont su s’approprier les lieux et les équipements mis à disposition. Une mixité à l’image du nord-est parisien.
  • La vie du 18e

    Territoire zéro chômeur, ça démarre !

    Noël Bouttier
    Inspiré d’une initiative d’ATD Quart monde – affecter l’ensemble des coûts du chômage au financement de l’emploi –, le dossier La Chapelle Nord a été accepté. Reste à lancer Activ’18, le nom donné à l’entreprise à but d’emploi. Des chômeurs sont partants.
  • La vie du 18e

    Cantines : bientôt des repas qui donnent envie

    Florianne Finet
    D’ici 2024, date de la fin du contrat avec le prestataire Sogeres, les repas proposés aux écoliers du 18e seront fabriqués dans l’arrondissement et servis le même jour.
  • Grandes Carrières

    Bureaux de Poste : on ferme !

    Dominique Andreani
    Grosse surprise au retour des vacances pour les habitants des Grandes Carrières : le bureau de poste Vauvenargues va fermer. L’information a fuité et s’est vite répandue, grâce à une pétition citoyenne.
  • Grandes Carrières

    Colère chez Monoprix

    Sandra Mignot
    Les salariés sur le point de craquer.
  • Histoire

    LA VIGNE, TOUTE UNE HISTOIRE...

    Danielle Fournier, Jacky Libaud, Noël Monier
    Initiée à l’époque romaine, la culture du vin prend des allures d’exploitation agricole sous le long règne des abbesses. Dès le XVIe siècle et surtout au XVIIIe, les taxes qui frappent les marchandises font de la Butte un refuge pour les Parisiens et le bonheur des cabaretiers. A l’entre-deux-guerres, des artistes sauvent un dernier pan de vigne.
  • Les Gens

    Un baroudeur posé à Montmartre

    Erwan Jourand
    Depuis quarante ans, amoureux de Montmartre et habitant de Pigalle, Guy Sitbon a été de toutes les aventures de presse. D'abord correcteur, il sera correspondant, directeur commercial et surtout reporter, sans oublier un détour par la presse érotique.

n° 309

novembre 2022