Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2020 / Montmartre

Allo, Montmartre 20 87 ?

par Dominique Boutel

C’est l’histoire d’un taxiphone, ou plutôt l’histoire d’une époque où téléphones portables ou fixes n’existaient pas encore. Cela se passe au café Au rêve, rue Caulaincourt et cela raconte l’histoire d’un quartier et de ses habitants.

Elyette Ségard-Planchon, l’ancienne patronne du bar Au rêve, vient d’offrir au Musée de Montmartre le taxiphone qui équipait le fond de son arrière-salle, témoin de toute une époque, qu’elle raconte volontiers. Ses parents, enfants eux-mêmes de bougnats, achètent le bar, autrefois une crèmerie, qui s’appelait déjà Au rêve, en souvenir des rêves que procurait l’absinthe qui venait d’être interdite après la guerre de 14-18.

C’est également à cette époque qu’on y installe un prototype du « taxiphone », très futuriste, premier téléphone sans opérateur, qui fonctionnait avec un compteur et une clef et plus tard, un système de jetons. Il était placé dans une cabine fermée, dans un recoin de la petite salle, et servait à tout le quartier. À la mort de ses parents, Elyette est mineure, avec un frère plus jeune à élever. Mais, grâce à la protection du maire de l’époque et aussi son parrain, Constant Teffri, du commissaire Farge et même de « Petit Claude », le chef des voyous du coin qui lui dit : « La môme c’est bien ce que tu fais, si on t’emmerde, tu m’appelles… », Elyette reprend le café.

Des clients célèbres

Enfant de la balle – serveuse le dimanche dès l’âge de 10 ans elle connaissait tout le monde – elle se souvient de certains clients que son père lui interdisait de déranger : Jacques Brel, qui avait démarré sa carrière française au Tire-Bouchon et qui attendait tous les jours ou presque, « Au rêve », que Suzanne Gabrielo, l’un de ses grands amours, rentre chez elle, 40 avenue Junot pour l’appeler avec le taxiphone !

« Marcel Aymé avait l’habitude de venir téléphoner tous les jours vers 10 h le matin. Il buvait un café crème très blanc. Au fond, dans la cabine, il était tranquille, parce que chez lui, il y avait un double téléphone et Madame décrochait. C’était son bistrot. Il connaissait mon histoire et s’intéressait à comment je m’en sortais. C’était un monsieur adorable. » Marcel Taxi, un exilé russe déclassé, qui servait de chauffeur à toutes les bonnes familles un peu désargentées du quartier, venait lui aussi tous les matins vers 10 h pour voir s’il avait des appels. Il faisait partie de la bande « La Chignole », un groupe d’artistes qui animaient la vie du quartier. Et le taxiphone servait aussi aux commerçants : « On avait des sifflets. Au carrefour des rues Saint Vincent et Girardon, il y avait un carrossier. Quand il recevait un appel, on sortait, on donnait trois coups de sifflet et il descendait. Le père Cathy le sculpteur sur bois, Gilbert le menuisier, on avait un code pour chacun. Tout le monde défilait au café. » Un consommateur, croisé au comptoir, se souvient du bruit strident de la sonnerie : « Elyette allait répondre, et on suivait toute la conversation ! »

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (janvier 2020)

  • Le dossier du mois

    Des citoyens en action pour le climat

    Lucie Créchet
    À la demande d’Emmanuel Macron, 150 citoyens ont été tirés au sort pour réfléchir ensemble à des solutions contre le réchauffement climatique. Marie-Hélène, une habitante du 18e, est l’une d’entre eux.
  • La vie du 18e

    Une promenade urbaine pas si tranquille

    Sylvie Chatelin
    Le réaménagement du vaste espace qui court sous le métro aérien entre les stations Barbès-Rochechouart et Stalingrad est très attendu. Le projet avance malgré une concertation difficile et la multiplicité des transformations imaginées sur cette zone.
  • La vie du 18e

    Des canards au jardin d’Éole

    Jacky Libaud
    À l’origine plutôt farouche et campagnard, le colvert s’est acclimaté. Dans notre arrondissement, peu riche en plans d'eau, on l’observe dans le jardin d’Éole où il niche depuis quelques années.
  • La Chapelle

    Un salon de coiffure repris par ses salariées

    Annie Katz
    Accompagnée tout au long de sa (re)création, une petite entreprise ancrée dans un quartier en mouvement poursuit son activité, emmenée par une équipe de choc et soutenue par sa fidèle clientèle.
  • Histoire

    Les bons comptes du Panier fleuri

    Janine Mossuz-Lavau
    Quand notre arrondissement pouvait compter (sur ?) ses maisons de tolérance, en règle, archives à l’appui.
  • Culture

    Le 360, la jeunesse du futur [Article complet]

    Dominique Boutel
    Le public va enfin découvrir le 360 Paris Music Factory, nouveau lieu consacré aux musiques transculturelles. Rencontre avec son fondateur, Saïd Assadi, qui entend proposer une nouvelle approche de la culture.
  • Les Gens

    Frédéric Bardeau : de la communication au numérique inclusif

    Sophie Roux
    Il habite le 18e depuis vingt ans : Château rouge, Lamarck-Caulaincourt, rue Nicolet, rue d’Oran et maintenant rue Simplon. Le fondateur de l’école du numérique de Montreuil, Simplon.co, est un entrepreneur idéaliste et social !

n° 284

juillet-août 2020