Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2022 / Les Gens

Yseult Delgeon, des bébés aux choux

par Sylvie Chatelin

Son parcours a toujours mené Yseult Delgeon vers la vie, tout d’abord lorsqu’elle était sage-femme et maintenant comme maraichère où elle fait naître du vivant et nourrit une centaine de familles. Portrait d’une grande fille, aux yeux clairs et doux, une femme fidèle à ses convictions.

« En 2015, j’ai couru le Marathon de Paris, et je me suis dit que si je le terminais alors je pourrais installer mon exploitation agricole. » Sage-femme à l’époque, Yseult réussit et fait la course en quatre heures, début d’une belle aventure.

Née à Rambouillet, la jeune femme a passé ses huit premières années à Maurepas et les cinq suivantes en pleine montagne à Areches-Beaufort, toujours « entre ville, montagne et campagne ». Nous sommes en 1992 et son père, postier, y avait été envoyé en mission à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver à Albertville. Retour en région parisienne, vers Melun-Senart et "les champs de betteraves, qu’[elle] n’aime pas trop.

La jeune fille aime « la ville et la campagne qui ont chacune leurs défauts et leurs qualités » mais se cherche et ne sait pas trop ce qu’elle veut faire. Elle a cependant envie d’« un métier du soin, tourné vers l’humain ». Alors ce sera l’école de sage-femmes de 1999 à 2003 à Suresnes, avec un premier appartement à Montparnasse en colocation avant d’arriver dans le 18e il y a environ 18 ans à Jules Joffrin où elle vit toujours.

Concours réussi, elle effectue son premier stage auprès de patientes du 92, très aisées. « Mais ce n’était pas mon milieu et je n’étais pas à l’aise ». Changement radical lorsqu’elle arrive à l’hôpital Delafontaine où elle travaille auprès de « plein de femmes migrantes, avec des populations assez précarisées » et où elle se souvient avoir tout eu pendant sa première garde, « avec même un accouchement sur le parking ». Mais elle s’est « sentie tout de suite à l’aise » et se rend compte qu’elle "est bien dans l’action.

Des engagements qui ont du sens

Yseult a « pléthore d’histoires » à raconter, l’accompagnement durant toute une garde de cette parturiente africaine ayant subi une mort fœtale in utero ou cette autre femme qui « arrive, accouche de jumelles, remet ses baskets et repart (c’était un accouchement sous X) ». Elle dit qu’elle rentrait dans l’intimité des gens mais qu’elle avait le sentiment « d’être utile aux patientes et que ça avait un sens ».

La sage-femme passe deux masters dont celui de bio-éthique médicale et participe à la création du service de diagnostic anténatal où elle met en place des consultations pour les personnes non francophones. Elle rencontre à cette occasion Marguerite, médecin généraliste. Son mémoire portait sur l’excision et sa prise en charge. Et Marguerite précise qu’elle menait des consultations de reconstruction sans « y calquer un regard d’Occidentale ». « En tant que sage-femme, Yseult était très engagée, poursuit-elle, avec beaucoup de rigueur et d’éthique et une notion très forte du service public. Elle ne tergiversait pas et prenait tout son temps pour les échographies [malgré les directives de l’institution] ».

Pendant un arrêt maladie, la professionnelle de santé lit Le monde selon Monsanto de Marie-Monique Robin et prend conscience des problèmes environnementaux. Parallèlement, elle réalise que « l’hôpital public est en perdition et l’institution maltraitante pour les sage-femmes ». « Je ne pouvais plus soutenir la relation mère-enfant et j’avais peur de devenir maltraitante moi-même avec les patientes ». Alors qu’elle opère un changement radical dans sa vie, devenue végétarienne, se déplaçant à vélo, ne prenant plus l’avion, elle se rend compte qu’elle « peut être utile autrement ». « L’hôpital ne me laissait plus bien agir pour la société », conclut Yseult. Alors avec un petit pincement au cœur, après treize années passées à l’hôpital, elle y effectue sa dernière garde en 2016. Son projet a mûri : au lieu de soigner les gens, elle les nourrira.

Du 18e aux champs

La jeune-femme prend un congé de formation et prépare le BPREA (Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole) de septembre 2016 à septembre 2017 à Rennes. Et elle rejoint l’Amap de la Goutte d’Or en qualité d’amapienne un an avant sa fermeture. Elle y fait part de son désir de reconversion.

Elle est ensuite recrutée chez Boris Canal, maraîcher installé sur deux hectares à Mouroux en Seine-et-Marne. Puis son projet s’étoffe grâce à trois autres années en couveuse – toujours avec Boris – avec qui elle finira par s’associer et créer le GAEC du Vieux Saint-Augustin en 2020. Comme d’autres vont au bureau, elle s’y rend tous les jours en Transilien, mais à contre-courant. En deux ans, l’exploitation a doublé sa surface de production (cinq hectares depuis mars 2022) et Yseult livre maintenant deux Amap, dont celle de la Goutte d’Or qui avait perdu son maraîcher en 2018. Astrid, amapienne de la première heure, ne tarit pas d’éloges à son sujet. Elle est admirative de sa démarche, de son « projet très réfléchi, tellement pur et bien expliqué, pensé pour le bien de l’humanité ». Trinka, autre amapienne, surenchérit : « Yseult, c’est une perle ! Transparence, réflexion, partage, sérieux, rigueur, relations humaines, tout y est. Une belle personne dont le travail incarne ce qu’elle est. »

Gagner son autonomie

Catherine, son amie depuis dix ans, souligne sa cohérence et son intégrité et ajoute qu’elle a « une vision holistique des choses. Les légumes, c’est pas seulement pour le bien-être du corps mais aussi pour défendre une idée globale de l’écologie ».

Yseult donne effectivement un sens politique à sa démarche. Ainsi elle veut commercialiser ses paniers à un prix accessible, se réapproprier tous les savoirs et « reprendre la terre aux machines ». Elle et Boris se forment, avec une coopérative d’autoconstruction, à la fabrication des outils (Agrozouk et autre Cultibutte) et des structures dont ils ont besoin. Ils ont ainsi conçu eux-mêmes une serre à plants dont les fenêtres du bas qui servent à la ventilation ont été récupérées aux Grands voisins. Comme elle le dit elle-même, « on [Boris et elle] veut travailler moins mais on a des projets » : inclure une ou deux autres personnes dans le GAEC, acquérir des poules pour proposer des œufs aux amapiens, se diversifier et planter des haies sur la future parcelle des aromatiques. Pour conclure, laissons les derniers mots à Trinka, « Yseult, ancienne sage-femme a la sagesse de faire moins mais de faire mieux. »

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (décembre 2022)

  • Le dossier du mois

    De compagnie ou sauvages, des animaux dans la ville

    Magali Grosperrin, Sylvie Chatelin
    Domestique ou à l’état naturel, l’animal est partout chez lui dans Paris. Chiens et chats sont les plus proches de l’homme. Mais il faut aussi composer avec les rats et les pigeons, qui ne sont pas nécessairement malvenus. Ainsi que protéger certaines espèces à plumes telles que les moineaux. Comment mieux vivre avec eux, qu’il s’agisse de les éduquer, les protéger ou les contenir ? Petit tour de quelques espèces avec lesquelles les Parisiens partagent leur espace public.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Un chien dans la ville

    Magali Grosperrin
    Paris compte 29 parcs canins, dont deux dans le 18e. C’est encore trop peu, et bien que les chiens soient nombreux dans la capitale, il faut ferrailler pour qu’une réelle place leur soit accordée dans l'espace public, en bonne intelligence avec leurs congénères et avec les humains.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    De chats errants à chat libres

    Sylvie Chatelin
    Des amoureux les nourrissent, d’autres les pourchassent. A la mairie du 18e, on tente de rendre leur présence acceptable.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Habitez-vous dans un quartier moineaux ?

    Sylvie Chatelin
    Voici quatre ans, Paris lançait l’appel à manifestation d’intérêt en faveur des moineaux dont la situation est alarmante : près d’un sur quatre a disparu à Paris depuis les années 2000. Synthèse des principales constatations de ce dispositif publiées par la direction des espaces verts (DEVE).
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Le rat, ce mal-aimé [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Le surmulot rattus norvegicus, plus connu sous son petit nom de « rat » véhicule beaucoup de fantasmes. Sa présence (contrôlée) en ville n’est pourtant pas inutile. Portrait et défense de celui qui accompagne les hommes depuis toujours.
  • La vie du 18e

    Mise à l’abri des migrants : on n’y croit plus

    Joachim Jarreau
    Après une accalmie durant la crise sanitaire, les campements de personnes exilées sont de retour dans le nord-est parisien, assortis du cycle désormais familier : évacuation, mise à l’abri, reformation d’un camp. En arrière plan, le gouvernement diminue pourtant le nombre de places en hébergement d’urgence.
  • La vie du 18e

    Le houx, ce petit rouge qui pique

    Jacky Libaud
    Le houx, bel arbuste décoratif, sert de garde-manger aux oiseaux au cœur de l’hiver qui se régalent de ses jolies baies rouges. Mais n’est pas oiseau qui veut. Attention à ne pas laisser petits et grands les consommer, elles sont toxiques pour les humains.
  • La vie du 18e

    Graine de jardins, dans la fleur de l’âge

    Dominique Boutel
    L’association Graine de jardins, fondée en 2001, a fêté le 16 octobre dernier ses vingt ans d’actions pour la création de jardins partagés en milieu urbain et semi-urbain. Retour sur une histoire de luttes et de réussites.
  • La vie du 18e

    Lycées Valadon et Rabelais : fermeture avec préméditation ?

    Perrine Kempf
    La Région a annoncé la fermeture prochaine de neuf lycées parisiens. La mobilisation s’organise dans les deux établissements du 18e concernés face à ce qu’enseignants et parents considèrent comme une perte de chance pour les élèves.
  • Clignancourt - Jules Joffrin

    Rideau sur la Divette : derniers Verts à Montmartre

    Pia Carron
    L’auvent vert de La Divette est définitivement rangé. Le célèbre bar de la rue Marcadet et repaire des supporters de Saint-Étienne a fermé ses portes début novembre. Son bail n’a pas été renouvelé.
  • Montmartre

    Le CLAP aux enchères

    Erwan Jourand
    L’appel à projets concernant le terrain actuellement occupé par le CLAP, entre l’avenue Junot et la rue Lepic, suscite de nombreuses convoitises.
  • Histoire

    Mesrine, de la rue Boinod à la Porte de Clignancourt

    Annick Amar
    « Nous savons tous, sans exception, que nous sommes condamnés à mort à notre naissance… Je ne trouve pas plus con de mourir d’une balle dans la tête que de mourir au volant d’une R16, ou à Usinor en travaillant pour le SMIG… Mon métier, c’est de braquer. Alors mourir ou prendre le risque de mourir quand on vit dans la violence… », déclarait Jacques Mesrine au journal Libération en janvier 1979.

n° 320

novembre 2023