Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2022 / La vie du 18e

Une dose de bienveillance

par Stéphane Bardinet

Deux fois par mois, la salle de consommation à moindre risque accueille les visiteurs pour montrer la réalité de cet établissement qui a nourri de nombreux débats depuis son ouverture.

L’hôpital Lariboisière abrite, dans ses extensions des années 1970, une salle de consommation à moindre risque (SCMR) pour les usagers de drogues par injection, tenue par l’association Gaïa. Il existe deux SCMR en France, celle-ci et une à Strasbourg. Le lieu est financé par l’Agence régionale de santé (ARS) pour environ 1,8 million d’euros annuels.

A l’entrée, le cadre évoque plus un local associatif propre et neuf qu’un lieu de soins. Le revêtement imitation parquet au sol, les murs blancs, la salle de repos d’une vingtaine de mètres carrés qui offre sièges et tables ainsi que des livres et des revues en rayonnage sur un mur, des présentoirs avec des fiches techniques sur toutes les drogues disponibles sur le marché (17 tout de même, alcool compris) et (...)

Photo : Davide Del Giudice

> Lire la suite dans le journal

Dans le même numéro (janvier 2022)

  • Culture

    Nos temps modernes, en images [Article complet]

    Dominique Boutel
    Au Cent quatre, un assemblage de clichés, dans les deux sens du terme, expose la société de consommation jusqu’à saturation…
  • Culture

    Chorégraphies pour corps empêchés

    Danielle Fournier
    Entre force et fragilité, des chorégraphies mettent en scène des corps meurtris, émancipés par l’expression corporelle.
  • Le dossier du mois

    Quitter Paris c’est revivre un peu

    Danielle Fournier
    Le temps du confinement a été l’occasion pour certains Parisiens de réfléchir à une nouvelle vie… et de passer à l’acte. Nous avons rencontré, juste avant ou après leur départ, sept d’entre eux, âgés de 28 à 75 ans. Nés à Paris ou non, propriétaires ou locataires, femmes et hommes, en famille, en solo ou en couple, actifs ou retraités, ils habitaient dans le 18e ou à sa frontière et sont partis ailleurs. Un mouvement de fond ?
  • Spécial n°300

    La belle équipe du 18e du mois

    Depuis 27 ans, Le 18e du mois se veut un « trait d’union entre les citoyens, les associations et les quartiers pour informer et émouvoir ». Bénévoles habitants du 18e et salariées, nous nous employons tous les jours à continuer de faire vivre ce journal, unique en son genre à Paris, dans l’esprit des fondateurs, indépendant de toute organisation politique, religieuse ou syndicale. Pari tenu ?
  • Spécial n°300

    Ils font le 18e. À vous de participer ! [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous vous proposons de contribuer à notre sélection des personnalités marquantes du 18e.
  • Saint-Ouen-Clignancourt

    Au petit Ney la cuisine se partage

    Marie-Antoinette Leca
    Café littéraire associatif, le Petit Ney propose une nouvelle activité qui stimule les papilles et favorise les rencontres.
  • Évangile-Charles Hermite

    On répare et ça repart

    Florianne Finet
    Porte de la Chapelle, le groupe d’électroménager SEB a ouvert l’an dernier un espace de réparation et une boutique pour vendre à petits prix du petit électroménager remis en état. Un atelier qui permet aussi d’aider à l’insertion dans l’emploi.
  • Les Gens

    Profession : fait-diversière

    Annick Amar
    Anne-Sophie Martin est une journaliste indépendante, chroniqueuse judiciaire, réalisatrice de télévision et écrivaine.

n° 300

janvier 2022