Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2022 / Culture

Nos temps modernes, en images [Article complet]

par Dominique Boutel

Au Cent quatre, un assemblage de clichés, dans les deux sens du terme, expose la société de consommation jusqu’à saturation…

« Tout doit disparaître ». Le titre laisse pensif : qu’est-ce qui devrait donc disparaître, ce que montre l’exposition ou l’exposition elle-même ? Si l’on peut être tenté par la deuxième option, il faut tout de même prendre le temps d’arpenter les quatre grandes salles consacrées à la collection de photographies et de cartes postales de Jean-Marie Donat. Plus de mille images datées de 1880 à 1990 sont en effet présentées par la commissaire de l’exposition, Audrey Hoareau.
Le sujet est brûlant d’actualité : en cette période de prise de conscience que la société de consommation est en train de détruire définitivement notre planète, Jean-Marie Donat, s’est appliqué à rassembler depuis plus de trente ans un corpus photographique constituant à la fois un témoignage et une vision singulière des temps modernes, mettant en lumière l’émergence de la société de consommation, la prédominance à l’échelle mondiale de certains types de biens, et la survivance de certaines traditions ou croyances.

Un portrait touchant et terrifiant

Organisés par thèmes (l’avènement de la télévision, la passion de la voiture, l’image de la femme, la persistance de moments symboliques comme noël…), les assemblages de ces centaines de photographies, pratiquement toutes anonymes, dressent un portrait à la fois touchant et terrifiant de la classe moyenne européenne, première victime des mirages du progrès et de l’accession à la consommation.
Certaines catégories sont particulièrement croustillantes, comme celle qui réunit des cyclistes professionnels espagnols s’appelant tous Jesus et devenant les ambassadeurs des marques qu’ils portent sur leur maillots. Ou ces célébrations de l’entrecôte (après guerre, il faut manger de la viande dans certaines classes de la population occidentale) que portent comme des trophées des jeunes femmes élégantes. Ou encore ces photos montrant des monceaux de cadeaux sous des sapins souvent artificiels… Et que dire de ces amoureux américains qui décorent leurs costumes de mariage de billets de banque !
Mais il y a à la fois trop à voir, et pas assez, chacun des sujets étant en soit très banal. C’est ce qui fait l’ambigüité de cette exposition, dont la nouveauté, l’originalité peut être questionnée ; l’accumulation d’objets sur les photos renvoyant à l’accumulation de photos de l’exposition, le tout provoque assez rapidement une sorte de saturation nauséeuse. Mais l’ambiance du 104, toujours pleine de cette vitalité des danseurs qui s’entrainent dans tous les recoins possibles de l’édifice , de ces spectacles qui s’y préparent, redonne, à la sortie de l’exposition, de l’espoir sur le monde qui nous attend.

Tout doit disparaître, regard sur la société de consommation, jusqu’au 30 janvier, du mardi au dimanche, de 14 h à 19 h, 5 rue Curial, métro Riquet.

Photo : Collection Jean-Marie Donat

Dans le même numéro (janvier 2022)

  • Culture

    Chorégraphies pour corps empêchés

    Danielle Fournier
    Entre force et fragilité, des chorégraphies mettent en scène des corps meurtris, émancipés par l’expression corporelle.
  • Le dossier du mois

    Quitter Paris c’est revivre un peu

    Danielle Fournier
    Le temps du confinement a été l’occasion pour certains Parisiens de réfléchir à une nouvelle vie… et de passer à l’acte. Nous avons rencontré, juste avant ou après leur départ, sept d’entre eux, âgés de 28 à 75 ans. Nés à Paris ou non, propriétaires ou locataires, femmes et hommes, en famille, en solo ou en couple, actifs ou retraités, ils habitaient dans le 18e ou à sa frontière et sont partis ailleurs. Un mouvement de fond ?
  • Spécial n°300

    La belle équipe du 18e du mois

    Depuis 27 ans, Le 18e du mois se veut un « trait d’union entre les citoyens, les associations et les quartiers pour informer et émouvoir ». Bénévoles habitants du 18e et salariées, nous nous employons tous les jours à continuer de faire vivre ce journal, unique en son genre à Paris, dans l’esprit des fondateurs, indépendant de toute organisation politique, religieuse ou syndicale. Pari tenu ?
  • Spécial n°300

    Ils font le 18e. À vous de participer ! [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous vous proposons de contribuer à notre sélection des personnalités marquantes du 18e.
  • La vie du 18e

    Une dose de bienveillance

    Stéphane Bardinet
    Deux fois par mois, la salle de consommation à moindre risque accueille les visiteurs pour montrer la réalité de cet établissement qui a nourri de nombreux débats depuis son ouverture.
  • Saint-Ouen-Clignancourt

    Au petit Ney la cuisine se partage

    Marie-Antoinette Leca
    Café littéraire associatif, le Petit Ney propose une nouvelle activité qui stimule les papilles et favorise les rencontres.
  • Évangile-Charles Hermite

    On répare et ça repart

    Florianne Finet
    Porte de la Chapelle, le groupe d’électroménager SEB a ouvert l’an dernier un espace de réparation et une boutique pour vendre à petits prix du petit électroménager remis en état. Un atelier qui permet aussi d’aider à l’insertion dans l’emploi.
  • Les Gens

    Profession : fait-diversière

    Annick Amar
    Anne-Sophie Martin est une journaliste indépendante, chroniqueuse judiciaire, réalisatrice de télévision et écrivaine.

n° 307

septembre 2022