Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2023 / Le dossier du mois

Petite ceinture, les Jardins du Ruisseau suspendus ?

par Sandra Mignot

Les Jardins du Ruisseau vont devenir l’un des points d’entrée de la promenade que la Mairie de Paris installe sur la Petite Ceinture. L’aménagement affectera l’organisation de cet îlot de verdure, créé par et pour les habitants du 18e. Mais l’association gestionnaire, en passe de renouveler la convention signée avec la Ville de Paris pour l’occupation du lieu, entend bien poursuivre son activité.

Un tournant s’annonce dans la vie des Jardins du Ruisseau. Dans le cadre du programme d’ouverture au public de la Petite Ceinture (lire ci-contre), le site va être quelque peu bouleversé, puisqu’il va devenir l’un des points d’accès à la promenade que la municipalité est en train de mettre en place. L’escalier qui permet actuellement de descendre de la rue dans ce petit coin de verdure, et, dans la foulée, d’accéder aux rails, va être repris et géré par la Ville. Ce qui mènera de fait à une scission de l’espace vert. « Il doit y avoir une répartition régulière des points d’accès à la Petite Ceinture pour faciliter l’évacuation en cas de besoin, résume Denis Loubaton l’un des fondateurs des Jardins du Ruisseau et actuel trésorier. Et l’un des points d’accès doit être au niveau de notre terrain. D’autres solutions ont été étudiées mais soit elles étaient refusées par la SNCF, soit elles étaient trop coûteuses pour la Ville. »

Les jardins sont-ils pour autant menacés ? « A l’origine, il y a plus de vingt ans, notre but était de rendre vivant un espace industriel délaissé et qui était devenu un véritable dépotoir, rappelle Denis Loubaton. Nous avons atteint notre objectif, nous avons contribué à ce que la Petite Ceinture soit inscrite comme corridor vert et acteur de la biodiversité. A présent le but de la Ville est de permettre aux Parisiens de descendre sur la Petite Ceinture. C’est très difficile de s’opposer à cette ambition. Il y a une reconfiguration du territoire qui marque la fin d’un cycle. »

Scinder l’association en deux

L’association des Amis des Jardins du Ruisseau qui gère le lieu ne baisse pas pour autant les bras. Elle est actuellement en train de renouveler sa convention avec la Ville de Paris pour l’utilisation du lieu gracieusement mis à disposition. Le contrat devra tenir compte des nouvelles données que sont l’accès public, mais aussi les activités d’animation réalisées sur les voies. Jusqu’à présent l’association organisait le désormais réputé festival Clignancourt sur les rails mais aussi des activités hebdomadaires comme des cours de tango ou de yoga sur un parquet enjambant les rails. De l’autre côté de la voie de chemin de fer, La Recyclerie propose également des activités ainsi qu’un marché de Noël. Tout cela pourrait changer et d’autres intervenants pourraient venir animer les lieux.

Le 3 décembre, l’association a organisé une concertation sur le devenir des jardins. « Nous avons rassemblés une cinquantaine d’adhérents pour imaginer le jardin dont ils rêvent, autour d’une “coach en intelligence collective” » raconte Denis Loubaton. Les idées émanant de cette journée de réflexion seront présentées prochainement aux adhérents des Jardins du Ruisseau. « Mais l’AG a déjà décidé de scinder l’association en deux, explique Denis Loubaton. Une partie s’occupera de la partie située sur l’espace public, l’autre du jardin sur la propriété de la SNCF. »

A la recherche d’un nouveau CA

Surtout, dans le cadre de l’évolution du site et de sa convention avec la Ville, l’équipe actuelle élue au conseil d’administration de l’association a prévu de démissionner, avant la signature de la nouvelle convention, afin qu’une nouvelle équipe prenne la suite. « Nous voulons transmettre à d’autres le soin de réinventer le projet dans l’espace qui sera le sien, précise Denis Loubaton. Bien sûr nous serons là pour les aider. »

Avec en perspective le déploiement d’un autre projet, acté grâce au Budget participatif de 2021 : l’installation d’une serre verticale et rotative dans le square situé entre l’entrée de la villa des Tulipes et le boulevard Ney. Car l’action des Amis des Jardins du Ruisseau s’est aussi déployée hors les quais avec notamment l’aménagement et le verdissement du pont qui surplombe les plantations. La serre, elle, permettra de poursuivre l’objectif pédagogique qui anime l’association depuis sa création : elle proposera des activités autour des semailles aux résidents de la future pension de famille de la villa des Tulipes (lire p. 11), aux résidents du parc social, aux écoles du quartier, aux étudiants du CROUS, aux résidents des Ehpad, et sera accessible (à la différence des jardins) aux personnes à mobilité réduite. L’ouverture est envisagée entre 2023 et 2024. •

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (janvier 2023)

  • La vie du 18e

    Entraide scolaire amicale : une réussite à soutenir [Article complet]

    Amy Charbonnier
    Les élèves en précarité ont plus que jamais besoin de soutien scolaire. L’antenne de l’ESA du 18e, qui fête ses cinquante ans, a déjà permis d’accompagner quelque 70 élèves.
  • La vie du 18e

    Solidarité locale contre le racisme

    le 18e du mois
    Jeudi 15 décembre, à l’initiative du collectif 18e en lutte, se tenaient les premières rencontres antiracistes et solidaires du 18e à la salle Saint-Bruno. Près d’une centaine d’habitants et militants de l’arrondissement ont répondu présents.
  • La vie du 18e

    Campements : le cycle infernal

    Joachim Jarreau
    Juste avant Noël et alors que Paris subissait des températures négatives, les exilés qui cherchaient refuge sous le métro aérien ont été déplacés vers des hébergements temporaires.
  • La vie du 18e

    Gare du Nord, enfin un projet plus sobre !

    Dominique Gaucher
    La décision, prise en 2013, de moderniser la gare du Nord, a connu moult revirements. Après l’abandon du premier projet, pharaonique et trop coûteux (lire nos n° 289 et 297), un nouveau projet a été conçu et présenté aux riverains.
  • La vie du 18e

    L’hébergement d’urgence sous tension

    Joachim Jarreau
    Même si le gouvernement a renoncé à diminuer directement le nombre de places pour héberger les personnes sans-abri, trop d’entre elles sont à la rue cet hiver, alors que le plan logement n’est pas suffisamment déployé.
  • La Chapelle

    Biblimili, le Rideau rouge à livres ouverts

    Sylvie Chatelin
    Une bibliothèque dans une librairie, tel est le projet original qui anime le sous-sol du Rideau rouge, à Marx Dormoy. Un lieu de culture, de rencontres, de débats et de réflexion.
  • Culture

    Jeu de cartes révolutionnaires : on coupe les têtes

    Sylvie Chatelin
    Par le décret du 1er brumaire an II, la nation se débarrasse des signes de royauté et de féodalité. Un habitant de La Chapelle, sociologue féru d’histoire, particulièrement celle de la Révolution, réédite un jeu de cartes où des allégories révolutionnaires remplacent les rois, les dames et les valets de l’Ancien Régime.
  • Culture

    Ballade littéraire. Comme un jeu d’enfants

    Martine Souloumiac
    Montmartre, la Goutte d’Or, Pigalle, les quartiers du 18e ont inspiré de nombreux peintres, cinéastes, auteurs-compositeurs mais aussi des écrivains. Et puisqu’ils se racontent ici et là parmi les lignes des auteurs de diverses époques, Le 18e du mois a décidé de vous proposer une nouvelle rubrique : la balade littéraire. Régulièrement, un texte extrait d’une œuvre, connue ou non, sera ici décliné en un parcours photographique.
  • Les Gens

    Mohaman Haman : un bâtisseur entre ombre et lumière

    Erwan Jourand, Noémie Courcoux Pégorier
    Architecte-urbaniste, Mohaman Haman multiplie les casquettes : guide touristique, animateur sportif, créateur d’évènements artistiques ou de loisirs, il s’engage au quotidien dans la vie de l’arrondissement.

n° 323

février 2024