Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2023 / Culture

La Fabuloserie. Une collection hors norme à la Halle Saint-Pierre

par Aude Le Metayer

La Halle Saint-Pierre célèbre les 40 ans de la Fabuloserie, la maison-musée fondée par le couple de collectionneurs Alain et Caroline Bourbonnais.

Un art « hors les normes », disait Dubuffet, découvreur de l’art brut, pour définir les œuvres exposées à la Halle Saint-Pierre qu’Alain Bourbonnais et sa femme Caroline ont commencé à collectionner à partir de 1972 dans leur maison de l’Yonne. Ni totalement sculptures, ni totalement installations, ni art contemporain, ni art figuratif, les œuvres sont « à la croisée de l’art brut, de l’art naïf et de l’art populaire »*. Elles traduisent les mondes intérieurs de leurs créateurs. Les univers sont tantôt glauques, tantôt merveilleux, tantôt attendrissants ou provocateurs.

Génie créatif et sensibilité

Qu’à cela ne tienne ! la balade artistique n’en est que plus agréable, plus surprenante et rafraîchissante. On plonge dans l’exposition comme dans un conte, chaque artiste nous délivrant sa vision du monde en déclinant sur plusieurs œuvres son univers sensible et singulier. Et le résultat est souvent étonnant, tant certains ont développé une parfaite technique d’un art qu’ils ont eux-mêmes inventé.

Des sculptures en broderie s’étirant en hauteur sur plusieurs centimètres telles des toiles d’araignées, des cartes à jouer représentant un ancien camp autrichien dans lequel son auteur a été enfermé durant la Seconde Guerre mondiale, des œuvres faites de détritus de fruits et légumes, des tableaux agrémentés de collages directement cousus au fil d’or sur la toile. Ou encore un monde des mille et une nuits, constitué de coquillages peints au vernis à ongles. Les œuvres sont fantasques, originales, débordantes de génie créatif.

Une fabuleuse exposition à ne pas manquer qui met à l’honneur l’artiste, cette femme ou cet homme sensible qui nous révèle une vision du monde personnelle et peut aussi toucher le plus grand nombre. •

Photo :

Dans le même numéro (avril 2023)

  • Le dossier du mois

    Entre béton et bitume, ça pousse

    Danielle Fournier, Dominique Boutel, Sylvie Chatelin
    A découvrir, quelques projets en cours ou déjà aboutis, pour que le vert trouve sa place et puisse grandir dans la ville
  • La vie du 18e

    Réforme des retraites. Le 18e descend dans la rue

    Depuis le 19 janvier, la réforme des retraites et la méthode choisie par le gouvernement pour l'imposer font descendre les Parisiennes et les Parisiens dans la rue. Slogans et stigmates de la grève s'affichent dans l'espace public. Les habitants du 18e ne sont pas en reste.
  • Entre béton et bitume, ça pousse

    Jardin des Traverses sur la Petite Ceinture

    Dominique Boutel
    Le projet de promenade comestible baptisé Jardin des traverses, sur l’un des tronçons de la Cetite Ceinture, fait son chemin et devrait ouvrir au public à l’hiver 2023. Novateur dans sa conception et sa mise en œuvre, le projet est toujours en cours d’élaboration.
  • Entre béton et bitume, ça pousse

    Une serre au square Bashung

    Sylvie Chatelin
    A l'initiative de la Goutte verte, la belle idée d'inviter habitants et écoliers à faire des semis contribue aussi à la sécurité du quartier.
  • Entre béton et bitume, ça pousse

    Journée de la terre et du climat

    Danielle Fournier
    Le 22 avril c’est la Journée de la terre et du climat. Un programme festif est annoncé dans le parc Chapelle Charbon.
  • La Goutte d’Or

    Fabrique de la Goutte d’Or. Le fil conducteur des couturieurs

    Joachim Jarreau
    Depuis dix ans, une coopérative de couturiers se bat pour vivre et se développer autour d’activités et de créations qui dépassent de loin le travail du wax. Un travail entravé par des problèmes de régularisation des petites mains de cette belle entreprise.
  • Saint-Ouen-Clignancourt

    Ta salle de travail. Au calme, pour étudier

    Magali Grosperrin, Sandra Mignot
    L’association Ta salle de travail (TAS2T) fournit aux jeunes des espaces d’étude chaque dimanche.
  • Histoire

    Du Caire à Barbès. Les décors au pochoir du Louxor

    Danielle Fournier
    Sauvé grâce à une mobilisation populaire de douze années, le Louxor ouvrait de nouveau au public le 18 avril 2013. Et la veille, ce sont les habitants qui ont été invités les premiers à inaugurer le cinéma restauré, en particulier la salle Youssef Chahine et ses somptueux décors égyptiens. Pour célébrer ce dixième anniversaire, nous partageons l’article consacré par l’association Les Amis du Louxor à l’artisan d’origine de ce merveilleux travail : Amédée Tiberti.
  • Les Gens

    Arnaud Larher ou les recettes de la réussite

    Sandra Mignot
    Dans le virage de la rue Caulaincourt niche un pâtissier chocolatier qui vole de succès en succès. Meilleur ouvrier de France, courtisé à l’international, il porte sa spécialité toujours plus près de l’excellence.

n° 328

juillet/août 2024