Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2019 / Histoire

L’âge d’or des cinés dans le 18e

par Danielle Fournier

Né à l’aube du XXe siècle, le cinéma a très vite conquis beaucoup de spectateurs dans les salles autrefois nombreuses et grandes que comptait le 18e. De nos jours, des réalisateurs y trouvent encore le décor de leurs tournages. Premier épisode d’une épopée populaire.

« Ici, le 28 décembre 1895 eurent lieu les premières projections publiques de photographie animée à l’aide du cinématographe, appareil inventé par les frères Lumière », indique la plaque apposée sur ce qui est devenu l’hôtel Scribe. Ce jour-là a lieu au salon indien du Grand Café, 14 boulevard des Capucines, la première projection publique et payante du cinématographe. On retient cette date quand on évoque la naissance du cinéma et on pense aux premiers films des frères Lumière, La sortie de l’usine à Lyon ou L’arroseur arrosé.

Seulement trente-cinq spectateurs payants ont assisté à cette première projection. Le bouche à oreille, la curiosité et les articles de journaux ont rapidement fait venir de nombreux parisiens et les séances se sont multipliées au cours du premier semestre de 1896 : 2 000 personnes se pressent alors chaque jour et les séances s’enchaînent rapidement car le programme ne dure jamais plus de trente minutes.

Les films eux mêmes sont très courts, quelques minutes au mieux, souvent moins, en un seul plan séquence, c’est à dire sans montage. Les projections du Cinématographe Lumière essaiment vite en province et à l’étranger. Les deux frères, plutôt ingénieurs, inventeurs d’une machine, sont ainsi à l’origine d’une forme de spectacle. Et il faut imaginer des lieux pour accueillir ces nouveaux spectateurs.

(Lire la suite dans le numéro d’avril 2019)

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (avril 2019)

  • Montmartre

    Chez Ammad, le zinc au centre d’une mini-série [Article complet]

    Sophie Roux
    La série est diffusée depuis le 24 février sur YouTube. Un épisode est mis en ligne (quasiment) chaque lundi.
  • Le dossier du mois

    Grand débat ou grande récup’ ?

    Danielle Fournier, Florianne Finet, Frédéric Constans
    Le Grand débat a été présenté par le président de la République et son gouvernement, comme la porte de sortie vers le haut du mouvement des Gilets jaunes. Les débats inscrits à l’agenda officiel ont-ils permis à tous de s’exprimer ? Et à la fin, qu’en restera-t-il vraiment pour les habitants ? Le 18e du mois a assisté à plusieurs de ces réunions et tente d’y voir plus clair.
  • La vie du 18e

    Vivre FM, la radio des différences

    Virginie Chardin
    Depuis deux ans, la radio Vivre FM s’est installée dans le 18e. Cette antenne s’adresse aux personnes concernées par le handicap, le grand âge ou la maladie.
  • Les Gens

    Histoire d’un jeune créateur de la Goutte d’or

    Brigitte Batonnier
    Opiniâtre, Lamine Diakité a su trouver à la Goutte d’Or les ressources et l’entraide qui l’ont porté à créer sa marque de vêtements. Un alliage de styles européen et africain. Pour en faire une véritable entreprise.

En kiosque, n° 273

juillet-aout 2019