Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juin 2017 / L’actu du mois

Femmes harcelées à La Chapelle : un discours ambigu sur fond de campagne électorale

par Daniel Conrod

La polémique a explosé en pleine période électorale à la suite de la publication d’un article du Parisien : les femmes seraient harcelées dans la « jungle » de la place de La Chapelle où stationnent en permanence des migrants. Là et nulle part ailleurs ? Réflexions libres sur un débat complexe.

Changement de décor sur la place de La Chapelle, aux abords du métro, ce mardi 22 mai au matin. Déjà la veille, la présence policière avait été renforcée. Tout est parti d’un reportage spectaculaire paru dans Le Parisien daté du 19 mai, reportage intitulé « Harcelées, les femmes contre-attaquent » et coïncidant avec une pétition intitulée, quant à elle, « Une espèce en voie de disparition au cœur de Paris. » L’espèce en voie de dispa- rition dont il est ici question désigne les femmes faisant indifféremment l’objet d’insultes, d’allusions grave- leuses, de gestes déplacés, voire de menaces de la part d’hommes seuls, « vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs » qui tiennent la rue au sortir de la station de métro La Chapelle.
Du fait du comportement de ces mêmes individus, immigrés et réfugiés si l’on a bien compris, les femmes sont également interdites, si elles n’en sont pas chassées, des cafés, restaurants et squares sur l’ensemble d’un secteur baptisé hâtivement Chapelle-Pajol et aussitôt ravalé au statut de « jungle ». Si les mots ont un sens, alors il faut en conclure que nous sommes au bord d’un quasi « féminicide », donc d’une opération planifiée de longue main. Seulement, cette fois, les mots n’ont plus aucune importance. Seule importe la fureur des postures... (Lire la suite dans le numéro de juin 2017)


Photo : © Tessa Chéry

Dans le même numéro (juin 2017)

n° 284

juillet-août 2020