Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2019 / La vie du 18e

Du nouveau dans vos poubelles

par Florianne Finet

Un nouveau prestataire a été choisi par la Mairie de Paris pour collecter les bacs verts et les bacs jaunes, qui acceptent désormais tous les plastiques.

Derichebourg, match retour. Après avoir été évincée en 2014 de la collecte des ordures ménagères de l’arrondissement, la multinationale vient de remporter le marché pour 2019-2025 devant son rival Pizzorno, un groupe varois. L’entreprise Derichebourg environnement collectera au total les pou- belles des habitants dans six arrondissements parisiens à partir du mois de juin. Le 18e fait en effet partie des dix arrondissements où cette compétence municipale a été transférée au privé il y a une dizaine d’années.

Déchets bientôt compostés

Les horaires de collecte resteront les mêmes : de 17h à 23h, sauf pour Montmartre où les camions passent tôt le matin, en raison de l’étroitesse des rues et de la fréquentation touristique. Le contenu des bacs verts est déposé tous les jours à l’usine d’incinération de Saint-Ouen et celui des bacs jaunes prend la direction du centre de tri de Romainville deux fois par semaine. D’ici à 2021, les déchets alimentaires devraient aussi être valorisés, en partenariat avec Moulinot compost. Cette entreprise récupère déjà les épluchures et restes alimentaires de plusieurs cantines du 18e. En attendant cette révolution, la nouveauté pour 2019 est à chercher dans la poubelle jaune. Depuis le mois dernier, vous pouvez en effet y déposer tous vos plastiques et non plus uniquement les emballages rigides. Parmi les heureux élus, on trouve les pots de yaourts, les films et sacs plastique ou encore les barquettes.

Le bac jaune accueille aussi les petits déchets métalliques, type gourdes de compote, capsules de café ou plaquettes de médicaments vides. Seule condition : tout doit être jeté en vrac. Les agents du centre de tri n’ont en effet pas le temps d’ouvrir les sacs et les vider. Pas besoin de laver au pré- alable les emballages, il suffit de les vider correctement. En revanche, restent bannis des bacs jaunes certains types de papier (essuie-tout, mouchoirs et serviettes) ainsi que les couches. Pour l’heure, l’augmentation de la fréquence des collectes de ces conteneurs ne semble pas prévue. (Lire la suite dans le numéro de janvier 2019)

Dans le même numéro (février 2019)

  • Les Gens

    Janine Mossuz-Lavau : sexe, livres et vide-grenier

    Nadia Djabali
    Cette universitaire vient de publier un ouvrage sur la sexualité des Français. Graphomane amoureuse de son quartier, entre deux ouvrages, elle trouve le temps d’écrire des articles pour Le 18e du mois.
  • Grandes carrières

    Bretonneau : soins attentifs pour la fin de vie

    Danielle Fournier
    Ici, non seulement les soins mais tout l’environnement, sont pensés pour soulager les souffrances des patients en soins palliatifs et leurs (...)
  • Le dossier du mois

    Exilés : les associations dénoncent une mise en danger délibérée

    Annie Katz, Claire Rosemberg, Danielle Fournier, Marie-Odile Fargier, Sophie Roux
    Alors que le froid s’intensifie et que des campements d’exilés champignonnent sous le périphérique et les bretelles d’autoroute du nord-est de Paris, un collectif d’associations, dont le Secours catholique, Médecins du Monde et Emmaüs, interpelle l’État sur le sort de cette population « invisible ».
  • Goutte d’Or

    Des apprentis médiateurs, à l’école Richomme

    Hajer Khader Bizri, Sophie Roux, Sylvie Chatelin
    À l’école Richomme, on expérimente la « médiation sociale en milieu scolaire » : les enfants apprennent à trouver des solutions entre eux, les adultes (...)
  • Goutte d’Or

    Promenade urbaine : enfin sur la bonne voie ?

    Maryse Le Bras
    Souhaitée par les riverains et les associations du quartier, la promenade sous le métro aérien, entre Barbès et Stalingrad commence à prendre (...)
  • La vie du 18e

    Paris-Pondichéry à vélo : le voyage d’une vie

    De la place de la République à la maison familiale de Pondichéry, Lionel Adeikalam a parcouru 6 000 km à bicyclette. Une aventure personnelle et un voyage vers ses origines.
  • Culture

    Alexis Michalik, un enfant de la Butte

    Dominique Boutel
    À l’affiche pour son film Edmond qui retrace les affres de la création de Cyrano de Bergerac, Alexis Michalik revient sur son enfance dans le 18e. (...)

En kiosque, n° 273

juillet-aout 2019