Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juin 2022 / Culture

Céline : le mystère de la rue Girardon

par Emmanuel Lemieux

Après la disparition du manuscrit et sa réapparition 80 ans plus tard, Gallimard publie Guerre de Céline. L’épicentre du mystère est son appartement du 18e arrondissement : qui y a volé les inédits de l’écrivain à la Libération, et cela en valait-il la peine ?

Sis 4, rue Girardon. Régulièrement, les céliniens s’offusquent qu’il n’y ait pas de plaque remémorant la longue présence en ces lieux de leur idole. On pourrait être plus consensuel et lui préférer le 92, rue Lepic, où Louis Ferdinand Destouches dit Louis-Ferdinand Céline, ancien médecin des pauvres du dispensaire de Clichy, écrivit les trois-quarts de son monumental Voyage au bout de la nuit (1932). Mais le 4 rue Girardon vient de reprendre de l’intérêt et du lustre dans sa biographie : il aura été le théâtre de péripéties rocambolesques qui, 80 ans plus tard, voit surgir un premier texte inédit, Guerre, que publie Gallimard. Avec un tirage initial de 80 000 exemplaires, l’éditeur relance la machine Céline et les passions tumultueuses qui vont avec le personnage.

Des résistants, des anarchistes, des collabos

L’auteur de l’antisémite Bagatelles pour un massacre (1937) résidait durant l’Occupation, au cinquième étage, dans ce trois-pièces rustique, avec sa nouvelle compagne, la danseuse Lucette Almanzor, et son fidèle chat Bébert. L’endroit était une mini-république littéraire. À quelques mètres, au 25 rue Norvins, vivait Marcel Aymé – qui, après-guerre, aura tout le talent d’un passe-muraille pour échapper aux accusations d’intelligence avec la presse collabo. Mais il y avait aussi au 4e étage de l’immeuble célinien, un réseau de Résistance, animé par Suzanne Gohin-Chamfleury, épouse de l’écrivain et parolier anarchiste Robert Chamfleury… et soutien indéfectible de Céline ! L’écrivain communiste Roger Vailland, un voisin de la rue Ravignan, sera un temps de ce réseau. Alors Céline, on le zigouille ? On le kidnappe ? Il n’en sera rien. Même si l’écrivain reçoit volontiers des collabos et aura balancé au moins deux de ses collègues médecins à la Gestapo…

Mais cela tourne vinaigre. Dès avril 1944, Céline s’organise, se fait établir de faux papiers, vide ses comptes et compte son or. Lorsque survient la Libération, il prend la poudre d’escampette. Son appartement va être l’objet de pillages. Ayant échappé à tout ou presque, Céline, de retour rue Girardon, le constate : « Ils m’ont rien laissé… pas un mouchoir, pas une chaise, pas un manuscrit… » (D’un château l’autre, 1957).

L’inconnu de la rue Girardon

Lorsque Lucette Almanzor décède à l’âge de 107 ans, en 2019, un événement se déclenche alors : l’avocat spécialiste du droit intellectuel, Emmanuel Pierrat, reçoit dans son cabinet du boulevard Raspail un ancien journaliste de théâtre à Libération, Jean-Pierre Thibaudat. De gros sacs, celui-ci extrait des milliers de feuillets manuscrits et de documents personnels inédits de Céline. Qui les lui a donnés ? Mystère à ce jour. Thibaudat parle d’un « lecteur de Libération » qui lui aurait remis les textes en 2008, à la condition de ne pas les communiquer du vivant de Lucette Almanzor. Un homme de gauche ne saurait enrichir la veuve d’un écrivain aussi scélérat et controversé que Céline.

Pierrat intercède auprès des ayants droit, notamment l’avocat François Gibaud, qui prennent le tout… et portent plainte contre le journaliste receleur : plainte classée sans suite. « Les célinocrates l’accusent de vol, mais Jean-Pierre Thibaudat n’a rien volé ! Il y a eu, au contraire, conservation puis restitution des textes. On peut noter qu’il aurait pu les détruire, il n’en a rien fait », s’avance le philosophe Pierre-André Taguieff, coauteur avec Annick Duraffour de Céline, la race, le juif (Fayard, 2017). Celle-ci met un bémol à l’intérêt que Céline aurait porté à ses manuscrits volés : « Il est parti avec le texte auquel il tenait le plus, la seconde partie de Guignol’s Band [le futur Pont de Londres], et a négligé le reste. »

Alors, Guerre, est-ce que ces 80 ans au frais l’ont bonifié ? « C’est un mauvais Céline qui, une fois de plus, utilise un style vulgaire pour masquer une médiocrité narrative », massacre encore Pierre-André Taguieff. Annick Duraffour l’estime « très drôle par endroits et par quelques portraits », mais aussi « horrible dans sa haine des femmes et d’une forme d’apologie du proxénétisme ». Pierrat est plus nuancé : « J’ai lu avec passion et fébrilité tous ces feuillets. Je tiens Guerre pour un petit texte éblouissant, une pièce littéraire de la période du Voyage au bout de la nuit. En revanche, J’ai trouvé les autres textes à paraître d’une qualité inférieure. »

Céline fera encore couler beaucoup d’encre, pour le plus grand bonheur de Gallimard qui, de façon inattendue, voit une nouvelle manne et de nouveaux droits s’ouvrir à lui, alors que l’œuvre de l’écrivain allait tomber dans le domaine public. Thibaudat, vilipendé par les céliniens, très critiqué par ses ex-collègues de Libération, aura une occasion, lui, d’éclairer un pan de ce cold case littéraire et très français. Il est en train d’écrire son témoignage sur le mystère de la rue Girardon.

Photo : Nicolas Henry

Dans le même numéro (juin 2022)

  • Législatives : vidéos des candidats

    Stanislas Guerini (Ensemble !)

    Député, ministre en charge de la Transformation et de la Fonction publiques et l’un des fondateurs de LREM (devenu Renaissance).
  • Législatives : vidéos des candidats

    Rudolf Granier (L.R.)

    Conseiller du 18e arrondissement, conseiller de Paris.
  • Législatives : vidéos des candidats

    Danièle Obono (Nupes)

    Députée (LFI) de la 17e circonscription.
  • Législatives : vidéos des candidats

    Pierre-Yves Bournazel (Ensemble !)

    Député (Horizons) de la 18e circonscription, conseiller de Paris.
  • Législatives : vidéos des candidats

    Léa Balage El Mariky (Nupes)

    Adjointe (EELV) au maire du 18e arrondissement en charge de la vie associative, de l’alimentation durable, des repas scolaires
  • Législatives : vidéos des candidats

    Aymeric Caron (Nupes)

    Journaliste, fondateur du parti Révolution écologique pour le vivant.
  • Législatives : vidéos des candidats

    Kolia Bénié (Ensemble)

    Conseillère (Renaissance, ex-LREM) du 19e arrondissement.
  • Législatives : vidéos des candidats

    Mam’s Yaffa (divers gauche)

    Adjoint au maire du 18e chargé des sports, des Jeux olympiques et paralympiques et militant associatif.
  • Le dossier du mois

    Législatives : des candidats de poids

    Charlotte Grimont, Danielle Fournier, Dominique Andreani, Luce Burnod, Orlane Paget
    Les 12 et 19 juin 2022, les électeurs sont appelés à désigner leurs députés. Sur les 577 élus qui siègeront à l’Assemblée nationale trois seront issus des trois circonscriptions du 18e arrondissement.
  • La vie du 18e

    Merci Miss Tic

    Dominique Andreani
    L’artiste plasticienne et poète n’illustrera plus les murs de la ville.
  • La vie du 18e

    CDG Express, le grand projet nuisible sur les rails

    Danielle Fournier
    Le chantier du futur train rapide Charles-de-Gaulle (CDG) Express qui doit relier en vingt minutes et sans arrêt la gare de l’Est au Terminal 2 de l’aéroport de Roissy, à nouveau autorisé.
  • Montmartre

    Festival : Johnny, que je t’aime encore

    Monique Loubeski
    Un couple de fans passionnés fait revivre son idole au cours d’évènements festifs autour de sa date de naissance.
  • Simplon

    Théâtre : l’Alambic s’éteint [Article complet]

    Emmanuel Lemieux
    Durant 25 ans, un théâtre de quartier a tenu vaillamment son rang. Les petits trafics, le temps qui passe, un sentiment d’abandon, les plans Vigipirate et le Covid-19 ont eu raison de l’Alambic qui est désormais à vendre.
  • Culture

    Tous les visages de Rachid Taha

    Emmanuel Lemieux
    Aux Puces de Saint-Ouen, une expo d’amitié salue la mémoire du chanteur.
  • Culture

    Les coups de coeur de nos libraires

    Danielle Fournier
    Anaïs et Mélanie, libraires du Rideau rouge, rue de Torcy, proposent une fiction, un essai et une BD.
  • Les Gens

    Une danseuse engagée à La Chapelle

    Noémie Courcoux Pégorier
    Laëtitia Angot, 44 ans, c’est de nombreuses histoires à combiner et à raconter ensemble. Des histoires de rencontres, de gestes, d’insatiabilité à apprendre les rythmes et mouvances des autres et de les partager en actes de mémoire chorégraphiés. C’est la question de l’espace qui l’a poussée à rechercher, à innover et à développer des méthodes et des pratiques nouvelles. Chercheuse aux côtés de chercheurs en vie urbaine, elle est mue par le travail avec les personnes.

n° 307

septembre 2022