Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2018 / Le dossier du mois

Top des brunchs bons et pas chers

par Céline Tanguy, Florianne Finet, Mathieu Le Floch, Stéphane Bardinet, Sylvie Chatelin

Qui dit mode dit souvent prix un peu fous pour un contenu médiocre. Pour vous permettre de profiter de celle des brunchs sans vous ruiner, Le 18e du mois a testé une sélection de restaurants qui proposent des formules de qualité à moins de 20 €.

Brunch par ci, brunch par là ! Rares sont les brasseries du 18e et plus largement les restaurants à n’avoir pas succombé à cette mode anglo-saxonne. Rappelons le principe de base pour celles et ceux qui seraient passés à côté. L’idée semble née aux États-Unis au xixe siècle, avant d’être introduite en Europe. Il s’agit d’une formule à mi-chemin entre le petit-déjeuner et le déjeuner (la contraction des mots anglais breakfast et lunch donnant brunch) qui allie boisson chaude, boisson froide, viennoiseries et un plat salé. On pourrait presque y ajouter l’étape goûter, puisque la plupart des restaurants la proposent jusqu’à une heure avancée de l’après-midi. Sachant que le brunch commence en général à 10 h ou 11 h, on comprend pourquoi il est réservé au week-end. Cuillier à Abbesses fait toutefois exception en le proposant toute la semaine, sans doute pour attirer davantage de touristes.

Un plaisir coûteux

Depuis une dizaine d’années, le succès de la formule ne se dément pas, malgré des tarifs loin d’être à la portée de toutes les bourses. Surtout si l’on prend en compte le peu de temps passé en cuisine et nécessaire au dressage des plats. À cela s’ajoute le caractère bon marché d’une majorité de produits. Pour une vingtaine d’euros, on a parfois la désagréable impression qu’on aurait pu faire mieux à la maison, quand le menu se cantonne à du pain, une viennoiserie, une omelette et un jus basique. Dans ces cas-là, des marges confortables sont assurées. On comprend donc l’intérêt des restaurateurs pour la formule.

(Lire la suite dans le numéro de mai 2018)

Illustration : © Capucine Léonard-Matta

Dans le même numéro (mai 2018)

  • Histoire

    Mai 68 : des prémices à l’épilogue dans le 18e

    Sylvain Garel
    L’épicentre de mai 68 ne se trouvait pas dans notre arrondissement. Pourtant, des évènements précurseurs s’y sont déroulés et c’est là que tout s’est (...)
  • Grandes carrières

    Des vêtements beaux et pratiques à Bretonneau

    Maryse Le Bras
    À l’hôpital Bretonneau, une équipe de bénévoles invente de beaux vêtements pratiques pour les personnes âgées. « Je veux avant tout rendre leur (...)
  • La vie du 18e

    Goutte d’or - La Chapelle : histoire d’une colère

    Annie Katz, Marie-Odile Fargier, Sophie Roux
    La goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Pour le libraire Jacques Desse, initiateur de la pétition signée à ce jour par 250 commerçants de la (...)
  • Clignancourt

    Des étudiants bloquent la Sorbonne du 18e

    Anne Thiriet
    Le pôle universitaire de Clignancourt est devenu à Paris un des moteurs de la lutte contre la loi qui réforme l’accès à l’université. « Mardi, l’AG (...)
  • La Chapelle

    Nouvelle saison pour l’Aérosol et La Station

    Véronique Vidalou
    Après quelques mois d’hibernation, l’Aérosol tourne à nouveau à plein régime. La formule tout-public qui enrôlait les foules en 2017 revient, avec son (...)
  • Chronique

    Réflexions d’une militante du social

    Daniel Conrod
    Premier mai, Fête du travail, l’occasion était trop belle pour ne pas enfoncer le clou d’une manière ou d’une autre, avant que tous, nous finissions (...)
  • Les Gens

    Anarcho-syndicaliste à la ville

    Christian Adnin
    Étienne Deschamps, juriste, a consacré sa vie à venir en aide aux bernés du salariat, tant au niveau local que national. Au moment où l’on célèbre (...)

n° 286

octobre 2020