Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2021 / Goutte d’or

Santé et précarité : l’ADSF s’adapte

par Nina Le Clerre

Le Repaire santé Barbès de l’ADSF a ouvert ses portes début octobre. Ce lieu qui propose un accompagnement médical et psychologique aux femmes en difficulté, s’adapte à la crise sanitaire avec des opérations ciblées.

Ce jeudi de décembre, Agir pour la santé des femmes (ADSF) a réorganisé ses locaux du 70 boulevard Barbès qu’elle occupe depuis octobre 2020*. Pilar, infirmière et sage-femme, fait passer des tests PCR de détection de la Covid-19 dans le camion garé au milieu de la cour. Plus haut, la salle habituellement dédiée à l’accueil de jour des femmes sans enfants s’est transformée en salle de vaccination contre la grippe, le tétanos ou la tuberculose. « Ces derniers mois, on a vu arriver beaucoup de femmes âgées qui ont pourtant des logements », s’inquiète Nadège Passereau, déléguée générale de l’ADSF. Elles souffrent souvent de maladies cardiovasculaires, de diabète et de cancers, une population très vulnérable face à la Covid ou à d’autres maladies.

Des besoins accrus avec la crise sanitaire

Mais ce ne sont pas les seules. Avec la crise sanitaire, la pauvreté a avancé et de nouveaux besoins sont apparus aussi chez les plus jeunes. « Les petits boulots, déclarés ou non, et le système D qui permettaient à beaucoup de survivre, ont disparu », constate Nadège Passereau. Ainsi, alors que l’ADSF a rencontré 1 117 femmes sur toute l’année 2019, ce chiffre a été atteint dès le mois de septembre en 2020.

De nouveaux besoins auxquels le Repaire santé Barbès permet de répondre en partie. Près de 500 femmes y ont déjà été accueillies à la mi-décembre. Une campagne de financement participatif en ligne a permis à l’ADSF de récolter la somme suffisante (27 980 €) pour achever ses travaux. « La salle où sont effectués les frottis a été finie hier ! » se réjouit une salariée.

Une approche globale de la santé des femmes

Créée en 2001, l’association propose aux femmes dans le besoin un accompagnement santé global. Mais avec la crise, l’accent a été mis sur la prévention du coronavirus tant à Barbès, comme ce jour-là, que dans les camions de l’association qui viennent à la rencontre des femmes aux abords des gares parisiennes et dans le bois de Vincennes.

Pendant ces maraudes, la distribution de kits d’hygiène permet d’entrer en contact avec les femmes sans être intrusif. « D’autant que, avec la pandémie, les femmes se retrouvent particulièrement isolées », constate Zineb, psychologue de l’ADSF. On trouve dans ces kits des produits de toilette, une brosse à dents, des serviettes hygiéniques ou encore des préservatifs.

Si elles le souhaitent, les femmes peuvent rencontrer une infirmière ou une psychologue dans le camion. C’est souvent à la suite de ce premier contact qu’elles se rendent dans l’une des structures de l’ADSF.

Environ 60 % des femmes que l’ADSF suit sont exilées. Parmi elles, certaines ont été victimes de violences. « Notre approche de leur santé ne se limite donc pas à la maladie mais aussi à la capacité physique et mentale dont elles disposent pour prendre en charge leurs problèmes », explique Nadège Passereau.

Les victimes de traite durement touchées

En particulier, l’ADSF tente d’apporter son aide aux femmes victimes de traite et forcées à la prostitution « très durement touchées par la crise sanitaire », selon la déléguée générale. Originaires principalement du Nigéria, ces jeunes femmes sont suivies par Alice, une des sept « femmes repaires » de l’ADSF, issues du programme d’insertion de l’association. Le principe : des femmes initialement aidées par l’association viennent à leur tour soutenir celles qui en ont besoin. Grâce à son anglais impeccable, Alice aide les jeunes femmes à prendre leurs rendez-vous médicaux et les accompagne. « Une relation de confiance s’est tissée entre Alice et elles », se réjouit la responsable. En témoignent les nombreuses jeunes femmes qui l’interpellent et la saluent chaleureusement dans la cour ce jour-là.

Car c’est aussi de la convivialité que les femmes viennent chercher au Repaire santé Barbès, ouvert tous les jours de 10 h à 17 h. Les femmes viennent s’y doucher, récupérer des vêtements et des produits d’hygiène mais elles viennent aussi discuter au chaud autour d’un café.

A l’avenir, d’autres opérations de vaccination pourraient être menées. « On attend de connaître les conditions exactes de vaccination contre la Covid-19 », anticipe Nadège Passereau

*En plus du Repaire santé Barbès, l’ADSF gère aussi le Repaire Santé de la porte de Saint-Ouen (18, rue Bernard Dimey) en journée et la Cité des dames (39, rue du Chevaleret 75013) ouverte jour et nuit. Elle participe également à la gestion des 17 places de la halte de nuit pour femmes installée récemment dans la mairie du 18e.

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (janvier 2021)

  • Le dossier du mois

    La culture en ligne avec son public

    Annie Katz, Dominique Boutel, Sandra Mignot
    Confronté au confinement, le monde du spectacle, privé de son public, s'initie à de nouvelles pratiques. Enseignement à distance, réinvention du jeu scénique, retransmissions vidéos et accueil de compagnies en répétition imposent de nouveaux challenges.
  • La vie du 18e

    Vandalisme répété à la bibliothèque de la Goutte d’Or

    Marie-Odile Fargier
    Associations et habitants protestent dans une pétition contre l’insécurité croissante de leur quartier devenu « une zone de non droit ».
  • La vie du 18e

    Les bons plats à emporter dans le 18e

    Annick Amar, Annie Katz, Catherine Masson, Claire Rosemberg, Elise Coupas, Florianne Finet, Maryse Le Bras, Sandra Mignot, Séverine Bourguignon, Sophie Roux, Sylvie Chatelin
    Malgré l’interdiction du service en salle depuis novembre, bon nombre de restaurants ont choisi de rester ouverts en mettant en place un système de vente à emporter. Un moyen de limiter les pertes pour un secteur profondément touché par la crise sanitaire.
  • La vie du 18e

    Les associations vent debout contre le projet Gare du Nord 2024

    Dominique Gaucher
    Le projet de réaménagement de la Gare du Nord continue de provoquer l’opposition des associations d’usagers et habitants du secteur. Le permis de construire, délivré en juillet dernier, a suscité trois recours gracieux.
  • La vie du 18e

    Trois étoiles pour les fées de la rue Doudeauville

    Patrick Mallet
    Pas de baguette magique mais des chambres dans un hôtel loué par l’association Basiliade, pour y accueillir des femmes enceintes ou avec enfants, seules, à la rue et sans ressources.
  • Goutte d’or

    Bientôt un lieu d’accueil pour les livreurs ?

    Nina Le Clerre
    Après son vote en conseil d’arrondissement et la validation de son budget en Conseil de Paris, il ne manque plus qu’un local à la Maison des coursiers pour accueillir les livreurs entre deux courses.
  • La Chapelle

    Fabriqué à Paris : la rue d’Aubervilliers lave plus propre [Article complet]

    Dominique Boutel
    Deux hommes travaillent pour la santé de la planète en créant une lessive écoresponsable !
  • Culture

    Spectacle : les professionnels dans la rue

    Sandra Mignot
    Le monde du spectacle descend dans la rue
  • Culture

    Ateliers créatifs, le défi numérique

    Dominique Boutel
    Comme tous les acteurs du monde culturel, l’association Art’Exprim repense, à travers le numérique, une nouvelle forme de lien avec ses adhérents.
  • Culture

    Ecole Claude Mathieu, apprendre à jouer masqué

    Annie Katz
    Premier ou deuxième confinement, ouvert ou fermé : comme l’ensemble du monde de la culture, l’enseignement du théâtre a dû s’adapter. Une forme de résistance...
  • Culture

    Derrière le rideau, la création résiste

    Dominique Boutel
    Derrière les portes fermées des théâtres
  • Les Gens

    Entre l’ombre et la lumière

    Sandra Mignot
    Codex Urbanus fait partie des artistes que la nuit révèle. Il saupoudre Montmartre de créatures chimériques au fil de ses envies et des surfaces disponibles.

n° 297

octobre 2021