Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2021 / Culture

Derrière le rideau, la création résiste

par Dominique Boutel

Derrière les portes fermées des théâtres

Au Grand Parquet, qui se définit comme une « maison d’artistes », l’autorisation donnée pour ce deuxième confinement d’accueillir résidences et répétitions fait la différence : « Notre fonction, c’est de donner les moyens aux artistes de créer ou de répéter des spectacles qui sont ensuite présentés le plus souvent au Théâtre Paris Villette », explique Adrien Le Van, qui dirige les deux salles. « Le Grand Parquet navigue donc mieux que d’autres lieux, ajoute-t-il. L’accueil de compagnies est son ADN et le théâtre est donc, de façon invisible, en pleine activité. » Le Grand Parquet reste la base arrière des distributions de petits déjeuners aux migrants du Jardin d’Éole. Par ailleurs, les résidences prévues sont maintenues et certains spectacles, comme La Reproduction des fougères de la compagnie Les Filles de Simone, en résidence au Grand Parquet pour toute la saison, verra le jour, mais uniquement dans certains collèges parisiens qui, eux, peuvent accueillir des intervenants extérieurs.

Ce qui coince, ce sont les reports : « C’est un jeu de dominos et on ne pourra plus reporter les spectacles la saison prochaine si on ne peut pas jouer en janvier. Une saison en quatre mois, c’est impossible. » C’est surtout un travail éreintant pour les équipes qui doivent rappeler les spectateurs, démonter les décors, déplacer la communication, gérer les avenants aux contrats, repenser le calendrier : « Personne n’était en chômage partiel en décembre dans l’équipe, qui aurait préféré remplir les salles que les vider », observe Adrien Le Van.

A l’Etoile du Nord, où se déroulent également des résidences et des spectacles, Jean-François Munnier, le directeur, a décidé dès l’annonce du deuxième confinement de soutenir les sept compagnies programmées pour un festival de théâtre en novembre, puis une compagnie de danse qui travaillait sur un spectacle jeune public en création. Il leur a proposé des temps de résidence avec l’équipe technique, pour travailler sur la mise en espace, les lumières, en concluant par deux rencontres avec des professionnels. Au total plus de cinquante programmateurs, en présentiel ou en zoom. « Les artistes avaient besoin de tester leurs spectacles en les jouant. La scène est un révélateur », explique Jean Francois Munnier qui raconte comment une compagnie a fini par trouver le début de son spectacle grâce à la possibilité de le vivre enfin sur scène et non dans son salon. « Cette période nous a rendus plus disponibles, nous a permis de nous sentir essentiels dans notre accompagnement, avec une vraie place à jouer en ce moment ; les programmateurs doivent voir des projets artistiques pour les proposer l’année prochaine. »

Au FGO-Barbara et aux Trois Baudets, Naïma Bourgaut, codirectrice – aux côtés de Léo Jouvelet – de la structure Madline, gère une équipe de trente personnes. Pour elle, impossible d’être dépendante des effets d’annonces d’un gouvernement qui qualifie la culture de non essentielle. « Il faut avoir un coup d’avance », affirme-t-elle. Les locaux avaient donc fermé en mars et les équipes préparé une ré-ouverture pour l’automne. Mais il a fallu à nouveau recomposer. Les deux festivals programmés en fin d’année, Avant l’après, un calendrier musical aux Trois Baudets et Ici demain au FGO-Barbara deviennent donc très vite des projets de captations. L’équipe fait appel à Sourdoreille production (un collectif de journalistes et vidéastes) qui, avec la complicité des équipes techniques des deux établissements, imaginent et réalisent deux festivals virtuels : travail de lumière, coaching des artistes pour accompagner ces livestreams et retrouver les sensations du concert en réel, le tout sur des périodes courtes. Il faut créer un évènement, plus concentré en terme de rendez-vous, pour diminuer les coûts de production très importants et frapper fort en terme de communication. « Cela nous a fait beaucoup de bien : c’était comme si nos salles étaient ouvertes, c’était vivant, il y avait des gens qui travaillaient, avec les masques et les précautions requises bien sûr. »

La grande frustration pour les équipes, c’est l’annulation de toutes les actions éducatives, comme le projet Décembre ensemble, avec les associations, et des pratiques amateurs, essentielles sur un territoire dont les populations ont beaucoup de difficulté à avoir accès à la culture

Le 360 Paris Music Factory, lui, a ouvert en janvier pour fermer en mars ! Puis, pas le temps d’attendre, l’équipe a imaginé dès l’été des sessions lors desquelles les artistes jouaient dans la salle de restaurant pour un public massé pour beaucoup dans la rue. A peine le lieu découvert par les habitants du quartier qu’intervient la deuxième fermeture, entraînant l’annulation d’une vingtaine de concerts. Le 360 étant doté d’une salle équipée pour les captations, un partenariat avec Arte permet tout de même des retransmissions en direct (toujours visibles sur le site Arte Concert) comme celle du dimanche 20 décembre : Yalda, Noël persan.
Par ailleurs, le lieu a permis pendant toute cette période une formation à la musique électronique pour des amateurs, un atelier de chants kurdo-persans, et a réalisé l’enregistrement d’un nouvel album de l’artiste Rusan Filiztek.

Pour tous ces lieux, il faut maintenant retrouver l’énergie de travailler sur la programmation de la rentrée, en espérant qu’il leur sera bientôt permis de rouvrir. Il en va de la santé de la profession.

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (janvier 2021)

  • Le dossier du mois

    La culture en ligne avec son public

    Annie Katz, Dominique Boutel, Sandra Mignot
    Confronté au confinement, le monde du spectacle, privé de son public, s'initie à de nouvelles pratiques. Enseignement à distance, réinvention du jeu scénique, retransmissions vidéos et accueil de compagnies en répétition imposent de nouveaux challenges.
  • La vie du 18e

    Vandalisme répété à la bibliothèque de la Goutte d’Or

    Marie-Odile Fargier
    Associations et habitants protestent dans une pétition contre l’insécurité croissante de leur quartier devenu « une zone de non droit ».
  • La vie du 18e

    Les bons plats à emporter dans le 18e

    Annick Amar, Annie Katz, Catherine Masson, Claire Rosemberg, Elise Coupas, Florianne Finet, Maryse Le Bras, Sandra Mignot, Séverine Bourguignon, Sophie Roux, Sylvie Chatelin
    Malgré l’interdiction du service en salle depuis novembre, bon nombre de restaurants ont choisi de rester ouverts en mettant en place un système de vente à emporter. Un moyen de limiter les pertes pour un secteur profondément touché par la crise sanitaire.
  • La vie du 18e

    Les associations vent debout contre le projet Gare du Nord 2024

    Dominique Gaucher
    Le projet de réaménagement de la Gare du Nord continue de provoquer l’opposition des associations d’usagers et habitants du secteur. Le permis de construire, délivré en juillet dernier, a suscité trois recours gracieux.
  • La vie du 18e

    Trois étoiles pour les fées de la rue Doudeauville

    Patrick Mallet
    Pas de baguette magique mais des chambres dans un hôtel loué par l’association Basiliade, pour y accueillir des femmes enceintes ou avec enfants, seules, à la rue et sans ressources.
  • Goutte d’or

    Bientôt un lieu d’accueil pour les livreurs ?

    Nina Le Clerre
    Après son vote en conseil d’arrondissement et la validation de son budget en Conseil de Paris, il ne manque plus qu’un local à la Maison des coursiers pour accueillir les livreurs entre deux courses.
  • Goutte d’or

    Santé et précarité : l’ADSF s’adapte

    Nina Le Clerre
    Le Repaire santé Barbès de l’ADSF a ouvert ses portes début octobre. Ce lieu qui propose un accompagnement médical et psychologique aux femmes en difficulté, s’adapte à la crise sanitaire avec des opérations ciblées.
  • La Chapelle

    Fabriqué à Paris : la rue d’Aubervilliers lave plus propre [Article complet]

    Dominique Boutel
    Deux hommes travaillent pour la santé de la planète en créant une lessive écoresponsable !
  • Culture

    Spectacle : les professionnels dans la rue

    Sandra Mignot
    Le monde du spectacle descend dans la rue
  • Culture

    Ateliers créatifs, le défi numérique

    Dominique Boutel
    Comme tous les acteurs du monde culturel, l’association Art’Exprim repense, à travers le numérique, une nouvelle forme de lien avec ses adhérents.
  • Culture

    Ecole Claude Mathieu, apprendre à jouer masqué

    Annie Katz
    Premier ou deuxième confinement, ouvert ou fermé : comme l’ensemble du monde de la culture, l’enseignement du théâtre a dû s’adapter. Une forme de résistance...
  • Les Gens

    Entre l’ombre et la lumière

    Sandra Mignot
    Codex Urbanus fait partie des artistes que la nuit révèle. Il saupoudre Montmartre de créatures chimériques au fil de ses envies et des surfaces disponibles.

n° 296

septembre 2021