Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2014 / La vie du 18e

Marie-Pierre Larrivé, rédactrice en chef du 18e du mois, s’en est allée

par L’équipe du 18e du mois

Marie-Pierre Larrivé, est décédée d’un cancer le lundi 6 janvier 2014. Depuis des années, elle ne comptait pas ses heures pour raconter la vie de cet arrondissement parisien et pour promouvoir, y compris sur les marchés, notre journal créé en 1994. Toute l’équipe du 18e du mois, de nombreux habitants, élus et responsables associatifs sont dans la peine.

Marie-Pierre en hiver
Il y a quelques décennies et pas mal d’hivers, Marie-Pierre et moi étions conviées à déjeuner par la « bande à Spirou », journalistes et dessinateurs belges de la célèbre BD, de passage à Paris. Journaliste à l’édu­cation à l’AFP, elle était « Ma­dame BD » de l’agence. Elle y avait créé la rubrique et était réputée pour ses tenues bohèmes, son franc-parler et son fichu caractère.
Il neigeait abondamment sur la capitale ce jour-là. Nous attendions en plaisantant au restaurant l’amie Marie-Pierre qui se faisait longuement désirer. Quand d’un coup, la porte s’ouvrit grand comme sous la poussée d’un géant, livrant au passage un lot de flocons couvrant Marie-Pierre, énergique et souriante, en robe légère et peau de mouton de bergère. Et chacun de découvrir sur son passage ses pieds nus glissés dans des tongs, exhibant ses ongles longs et peints, comme à son habitude, de couleurs assassines, lie-de-vin, noir, violet, bien avant « les Gothiques ». Reine de la provoc’ elle était, reine de la provoc’elle demeure. Et on ne saurait l’imaginer autre.
Jacqueline Gamblin

L’amour, toujours l’amour
« Peace and Love. MPL » voilà comment Marie-Pierre avait pris l’habitude de terminer ses mails pour nous rappeler à l’ordre, soit sur le calendrier des réunions, soit sur un retard d’envoi d’articles, soit pour diffuser les derniers potins de l’arrondissement… Paix, oui paix. Marie-Pierre avait une sainte horreur des guerres, conflits, déflagrations qui embrasent notre planète à chaque coin du globe. Amour, oui amour du travail bien fait, Marie-Pierre, amoureuse de belles lettres, d’une grande culture littéraire, ne laissait rien au hasard au cours de ses rédactions et de la construction de votre journal. Cette petite Dame nous manque et aujourd’hui tout est dépeuplé.
Michel Cyprien

Rigueur et obstination
Marie-Pierre, c’était un petit bout de femme pleine de vie, de rigueur et d’obstination. Elle venait régulièrement assister aux Conseils d’arrondissement, même les plus longs et les plus ennuyeux, s’intéressant à tout. Elle savait vous rappeler pour avoir des précisions sur tel ou tel sujet et il valait mieux lui répondre de façon claire… Avec Noël Monier, ils ont formé un couple bien soudé autour de cette idée que les Parisiens ont envie d’une information non engagée sur les problèmes quotidiens qu’ils rencontrent dans leur arrondissement, dans leur quartier… et ont su mobiliser les volontaires pour que le 18e du Mois – un des rares journaux d’information d’arrondissement à Paris – puisse vivre si longtemps. Salut Marie-Pierre et toutes mes amitiés à Noël !
Michel Neyreneuf

L’amour pour la Corse
Marie-Pierre était une grande journaliste. Elle était aussi, peu le savent, une artiste inventive et d’un humour pétillant. Elle a magnifiquement croqué les villages perchés de Balagne. Ses dessins disent l’amour qu’elle avait pour la Corse, ardente et secrète, rebelle et passionnée. Ses collages aussi sont de purs moments de poésie. Avec quelques journaux, quelques images, quelques mots, dans la tradition des surréalistes et des dadaïstes, elle nous transportait dans un univers parfois grinçant, mais toujours au cœur de l’humain. Elle nous mettait en joie. Adios, Adeu, Marie-Pierre ; je garde précieusement tes dessins.
Dominique Delpirou

La curiosité en héritage
Un jour d’octobre 2013, dans le local du journal. Je viens rencontrer Marie-Pierre juste après mon élection à la présidence du CA des « Amis du 18e du mois », ayant « quitté » l’équi­pe voici une dizaine d’années. Je la sais engagée dans une bataille contre la maladie. Si ce n’est ce foulard cachant les effets des chimios, elle n’a pas vraiment changé, toujours intarissable. Elle parle de Noël Mo­nier, son compagnon disparu depuis peu, de leur passion pour le 18e, de leurs vacances sur leur terre d’adoption, la Corse. Et me raconte une anecdote que j’ignorais. Dé­couvrant un festival de théâtre, voici 15 ans, dans un petit village de l’arrière-pays, elle s’était mise à écrire une dépêche qu’elle avait transmise à l’AFP. Pré­cisons qu’elle était en vacances. « J’ai besoin d’écrire tout le temps », me confia-t-elle, parlant de sa seconde drogue après (ou avant) la cigarette. Elle était comme ça, insatiable en rencontres, en découvertes, sur l’île de Beauté comme dans le plus bel arrondissement. Quand je lui posai la question sur sa santé, elle eut cette réponse étonnante, mélange de mauvaise foi et d’extrême pudeur. « Mais je vais très bien, Noël ! ». Tchao Marie-Pierre ! Nous allons soigneusement cultiver cette vertu que tu nous as léguée : la curiosité.
Noël Bouttier

Une amoureuse du 18e
Elle a toujours eu à mon égard beaucoup d’encouragements et puis on a lutté contre une maladie commune (le cancer), ça a créé beaucoup de lien. J’avais beaucoup de respect pour elle et c’était réciproque. C’est une vraie amoureuse du 18e. Et quelle belle aventure, ce journal !
Roxane Decorte


Photo : © Christian Adnin

Dans le même numéro (février 2014)

  • Evénement

    Débat avec les têtes de listes aux municipales

    L’équipe du 18e du mois
    « Que faire pour rendre le cadre de vie plus agréable et répondre au besoin de logement ? » « Comment améliorer la sécurité et réduire les (...)
  • La vie du 18e

    L’UMP met Roxane Decorte sur la touche

    Pierrick Yvon
    Elle est amère. Depuis que Na­thalie Kosciusko-Morizet l’a appelée, le 1er janvier, pour lui dire qu’elle perdait la – bonne – place de numéro 2 sur (...)
  • La vie du 18e

    Roms, du bidonville à l’école

    Nadia Djabali
    Que les enfants aillent à l’école. C’est le projet de tout parent. Celui aussi de Petrica et Doïna, une famille rom qui vit dans un bidonville, porte (...)
  • Les gens

    Didier Lambert : le ciel pour horizon

    Jacqueline Gamblin
    Didier Lambert peint depuis 45 ans, avec des pigments naturels, des toiles grands formats qu’il exposera en mai à Los Angeles. Le peintre Didier (...)
  • Théâtre

    Mécanique instable

    Anne Farago
    Ils sont six. Six personnages, six rouages de cette Méca­nique instable qu’est une en­treprise. Il y a d’abord Sté­phane, le patron qui annonce un (...)
  • Théâtre

    Nous qui sommes cent

    Catherine Halpern
    Elles auraient pu être cent, elles sont trois, trois femmes et un accordéoniste qui interprète la bande son de leur vie. Trois femmes pour trois (...)
  • Théâtre

    Magicien malgré lui

    Jacqueline Gamblin
    Ce jour-là, Sébastien-le-magicien qui se croit de repos et bricole dans son atelier où sè­chent des caleçons pendus sur une corde qui se sectionne sur (...)
  • Culture

    À la manufacture des Abbesses, un théâtre du temps présent

    Anne Farago
    Depuis près de huit ans, la petite salle de la rue Véron fait la part belle aux jeunes compagnies et à l’écriture contemporaine. Avec la conviction (...)
  • Culture

    Le street art entree à l’hosto

    Annie Katz
    Une œuvre du graphiste américain, JonOne, décore désormais le hall de la tour Bichat. Le graffiteur et artiste peintre américain JonOne a choisi de (...)
  • Histoire

    Clovis Hugues, un provençal à Montmartre

    Patricia Dupuy
    Clovis Hugues est né en Provence. Pour mener sa carrière politique, il s’est installé avec sa famille à Montmartre mais il est toujours resté (...)
  • Simplon

    L’insertion fait un carton

    Catherine Soubelet
    L’histoire commence par une belle amitié : celle d’un biffin, Francis, et d’un cadre de multinationale, Antoine Aumonier. Ils se sont rencontrés aux (...)
  • Goutte d’Or - Château Rouge

    À la Goutte d’or, ça manque de vert !

    Edith Canestrier
    Le conseil de quartier de la Goutte d’Or a été consacré aux jardins partagés et à la végétalisation. Pas de vague verte en vue.
  • Montmartre

    Fripes branchées chez Vintage Désir

    Jacqueline Gamblin
    Juste à côté de la librairie des Abbesses et à un jet de pierre de la place du même nom, la boutique de fripes Vintage Désir se distingue par ses (...)
  • Clignancourt

    Des écoliers filment leurs parents immigrés

    Jacqueline Gamblin
    Caméra en main, vingt écoliers de CE2, ont interrogé leurs parents : Dis papa : « C’est quoi le racisme ? » « C’est quoi l’immigration ? » Des élèves (...)
  • La Chapelle

    La mini-entreprise du collège Marx-Dormoy

    Anne Bayley
    Les collégiens de Marx Dormoy veulent réunir SDF, artistes et tout venant. Pour le plaisir de l’art. La mini-entreprise du collège Marx-Dormoy (...)
  • La Chapelle

    Voulez-vous danser le Lindy Hop ?

    Annick Amar
    Au théâtre de Verre, les amateurs de danse et de swing peuvent apprendre le Lindy Hop, une danse aussi rigoureuse que festive, née chez les afro (...)
  • Porte Montmartre

    Révolution numérique au restaurant du Lycée Belliard

    Mary B. Adams
    Passer une commande qui arrive directement en cuisine, réclamer silencieusement la suite d’une table, voir au fur et à mesure l’évolution du service (...)
  • Porte Montmartre

    La bibliothèque de la Sorbonne ouverte aux habitants

    Florianne Finet
    L’information est jusqu’à présent passée relativement inaperçue : les habitants du 18e arrondissement peuvent accéder gratuitement depuis le mois de (...)
  • Le dossier du mois

    La culture, parent pauvre des élections

    Marie Déalessandri, Nadia Djabali, Stéphane Bardinet
    Depuis l’arrivée de la majorité socialiste en 2001, de nombreux lieux de culture ont vu le jour dans notre arrondissement. Ce bilan positif, à (...)
  • Le dossier du mois

    Éric Lejoindre : « Personne ne doit être exclu du domaine culturel » [Article complet]

    Marie Déalessandri
    Carine Rolland, adjointe au maire chargée de la culture, et Eric Lejoindre, premier adjoint de Daniel Vaillant et candidat PS à la mairie du 18e, (...)

n° 282

mai 2020