Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juin 2021 / La Chapelle

Ateliers Vélo

par Florianne Finet

L’association « Retour vert le futur » organise régulièrement des ateliers gratuits de mécanique dans les quartiers populaires du 18e. Avec un objectif : démocratiser la pratique du vélo.

Un carré délimité par des rubans rouges et blancs, quelques boites à outil grandes ouvertes sur le trottoir et une sélection de pièces détachées. Bienvenue à l’atelier participatif vélo du quartier Charles Hermitte, entre les portes de La Chapelle et d’Aubervilliers. En ce vendredi après-midi, trois membres de l’association Retour vert le futur s’activent pour aider les habitants, petits comme grands, à réparer leurs deux-roues en bas de chez eux.

« Aujourd’hui, j’ai appris à mettre de l’huile dans les gaines de freins et sur ma chaîne et aussi à regonfler mon pneu, complètement à plat », énumère Dorsaf, une adolescente de 14 ans, ravie de pouvoir à nouveau enfourcher son VTT, un vélo qui dormait à la cave depuis plus d’un an, comme celui de son jeune frère. « On n’avait pas de quoi regonfler les pneus donc on avait mis les vélos de côté. C’est vraiment bien ces ateliers réparation juste à côté de la maison », souligne leur mère, Sonia. « Il n’y a pas beaucoup d’animations en général dans le quartier. »

Mohamed, lui, fait partie des cyclistes aguerris, avec ses 20 km quotidiens pour rejoindre son travail dans le 16e. Il profite ce jour-là de l’atelier pour démonter tranquillement sa chambre à air. « C’est plus pratique que dans les grandes enseignes où il faut prendre rendez-vous maintenant. »

Un service de proximité

En plus de la rue Charles Lauth, Retour vert le futur est présent le deuxième samedi de chaque mois de 11 h à 14 h, place Mac Orlan, entre Marx Dormoy et porte de la Chapelle. Même principe : permettre aux habitants de se remettre en selle, en les aidant à réparer leur vélo. Présents à la Bonne tambouille depuis 2017, nos joyeux réparateurs connaissent désormais un vif succès. Les passants apprécient ce service de proximité dans un quartier encore peu animé.

Celles et ceux qui souhaitent acheter un vélo ou qui ont besoin d’une réparation conséquente sont invités à se rendre au local de l’association, 156 rue d’Aubervilliers, à la limite du 19e arrondissement. Tous les samedis matin, les cyclistes peuvent apprendre à réparer eux-mêmes leur machine, accompagnés par la vingtaine de bénévoles qui composent le noyau dur de l’association. Des fiches techniques et des tutoriels sont également fournis, en plus du plateau technique. Une vraie caverne d’Ali Baba qui comprend des outils de professionnels comme une perceuse à colle, un compresseur ou encore une bibliothèque de pièces détachées. Dans la cave, on trouve tout un lot de chambres à air suspendues au plafond ainsi qu’une immense réserve de vélos. La plupart sont des épaves récupérées dans les caves des immeubles ou à la déchetterie des Lilas – qui centralise les vélos de toutes les déchetteries parisiennes.

En échange de ces conseils et de l’accès au matériel, une contribution de 15 euros minimum est demandée – le prix de l’adhésion – ainsi qu’un don de temps équivalent à trois heures de bénévolat. Il s’agit par exemple de participer à une séance de démontage d’épaves, d’accueillir des nouveaux usagers ou encore de participer aux ateliers de rue.

« Nous, on ne fait rien à votre place, c’est vous qui travaillez », explique Laure, une des membres actives de l’association, à un jeune garçon qui découvre le local. Le but est de rendre les adhérents le plus autonomes possible pour les convaincre de passer complètement au vélo, tant pour leur travail que pour leurs loisirs, et surtout ne pas abandonner après la première panne. « Nous leur apprenons à entretenir leur vélo pour qu’il dure le plus longtemps possible, souligne Arnaud, le coordinateur de Retour vert le futur et unique salarié. Notre objectif est de démocratiser la pratique. Pour nous, c’est un instrument d’émancipation. Il permet par exemple d’élargir son bassin d’emploi quand on cherche un travail. » Pour cette raison, le prix de vente correspond à seulement un tiers du prix d’achat. Voire moins quand il s’agit d’inciter enfants et adolescents à découvrir les plaisirs des deux-roues… sans moteur. •

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (juin 2021)

  • Le dossier du mois

    Jardins d’Éole : avis de tempête

    Danielle Fournier, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Le déplacement des usagers de drogues de Stalingrad aux jardins d'Eole par la préfecture, sans concertation ni même information des riverains et des associations, provoque déception, inquiétude et colère. « Rendez-nous notre parc, rendez-nous notre parc ! », scandent les habitants. Ce lieu vert et ouvert devait favoriser le vivre ensemble dans ce quartier multiculturel. Aujourd'hui, la réalité est bien différente. Si certains riverains n’hésiteraient pas à adopter des mesures radicales, d’autres, à l’instar des associations d’aide aux consommateurs de drogues et des élus, demandent que l’on aille au-delà.
  • Jardins d’Eole : avis de tempête

    Jardins d’éole : le rêve se referme

    Sylvie Chatelin
    De la belle idée de « jardin ouvert » pensé par Michel Corajoud, paysagiste et voulue par les habitants, il ne reste plus grand chose.
  • Jardins d’Eole : avis de tempête

    Paroles de riverains

    Danielle Fournier, Sandra Mignot
    Quand ils ont appris la décision préfectorale, les habitants du quartier se sont insurgés que l’on ajoute de la misère dans un quartier déjà en souffrance. Leurs réactions.
  • Jardins d’Eole : avis de tempête

    Vent de colère sur les Jardins d’ Eole

    Danielle Fournier, Sandra Mignot
    Le parc de la rue d’Aubervilliers est officiellement la nouvelle « scène ouverte » des usagers de drogue. Les riverains tentent de s’organiser contre une décision préfectorale qui dégrade leurs conditions de vie.
  • Montmartre

    Les dames pipi gagnent aux Prud’hommes

    Stéphane Bardinet
    Après plus de cinq ans de procédure judiciaire, six « dames pipi » parisiennes ont obtenu gain de cause contre la société néerlandaise 2theloo, gestionnaire de plusieurs toilettes de lieux touristiques parisiens.
  • Histoire

    Amiraux-Simplon : un quartier plein d’histoire

    Danielle Fournier
    Le 18e du mois a quitté la rue Marcadet pour s’installer au cœur du quartier Amiraux-Simplon-Poissonniers. Venez nous rencontrer et visiter ce quartier, à l’écart des parcours touristiques qui prennent d’assaut la colline du Sacré-Cœur pour voir Paris d’en haut.
  • Culture

    Ils font parler du 18e [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Le jury de la 5e édition du concours Filme ton quartier organisé par France 3 et présidé par Jean-Pascal Zadi, a classé Petite Sœur à Barbès 4e sur 350 films reçus. Une belle réussite pour ce (très) court métrage tourné par un duo enthousiaste et militant et qui lui assure une diffusion.
  • Culture

    Raoul Dufy, lumières sur la capitale

    Noémie Courcoux Pégorier
    Les œuvres rassemblées au musée de Montmartre proposent une narration nouvelle autour de la carrière du peintre, d’où émerge son lien particulier, intime, à Paris.
  • Les Gens

    Elle court, elle court, l’infirmière

    Noël Bouttier
    Rencontre avec Fatoumata Sankharé, athlète de haut niveau qui a commencé à courir à la trentaine, sans jamais lâcher son métier d’infirmière.

n° 299

décembre 2021