Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2024 / Culture

ASHER LEV, UN ARTISTE EN RUPTURE DE BAN

par Monique Loubeski

Créer et s’opposer à la culture familiale ou bien suivre la prescription parentale et ignorer sa vocation ? Tel est le dilemme qui s’impose à Asher, peintre issu d’une famille juive orthodoxe.

Asher Lev est un jeune homme vivant dans le Brooklyn des années 1950, issu d’une lignée de juifs hassidiques. Son destin est tout tracé. Comme son père, il secondera le Rebbe, le chef spirituel de leur communauté. Mais Asher a reçu un don du ciel. Depuis qu’il sait tenir un crayon, il dessine. Ses parents sont d’abord admiratifs, puis inquiets. Car cette aptitude particulière le fera forcément sortir de leur petit monde clos et rassurant. Prendre des cours, visiter les musées, lire des ouvrages sur les grands peintres, tout cela l’éloignera de l’étude de la Torah.

Le garçon veut plaire à sa famille. Mais, comme le dit Jacob Kahn, son professeur, il ne doit pas 3devenir une putain3. Il doit demeurer honnête vis-à-vis de lui-même. Au risque de choquer. L’enfant prodige va grandir. Peintre renommé, il n’aura pas la satisfaction d’accueillir son père et sa mère dans ses expositions, à cause de quelques nus sur les murs. Leur pudeur sera plus tard mise à rude épreuve par des œuvres autrement dérangeantes.

S’affranchir de son milieu

Ce personnage est né en 1972 sous la plume de Chaïm Potok. De tous ceux qu’il a imaginés, c’est celui dont l’écrivain s’est senti le plus proche. Aaron Posner a adapté cette pièce du roman de Potok dès 2009. La version représentée au théâtre des Béliers a été jouée avec succès lors des deux derniers festivals d’Avignon. Avec la même distribution. Martin Karmann parvient brillamment à donner vie à Asher de ses sept ans à l’âge adulte. Un personnage déchiré entre la fidélité aux siens et son irrésistible attrait pour l’expression artistique.

Stéphanie Caillol assume le rôle de la mère aimante mais toujours consciente de son devoir, celui d’une galeriste snob en extase devant les dessins d’Asher et d’un modèle qui lui révèle les courbes du corps féminin. Guillaume Bouchède incarne tour à tour trois figures d’autorité : le père, perplexe devant le talent de son fils, le rabbin, directeur de l’école et Jacob Kahn, le mentor qui ouvre pour Asher l’univers des goyim, aussi fascinant que dangereux.

Le public assiste ici à l’éternelle histoire d’un être qui cherche à s’affranchir de son milieu. En étant conscient de la souffrance que cela provoquera. Asher refuse d’être la copie de son père. Encore moins un « petit Chagall ». Il veut être simplement lui-même. C’est le sens de la phrase qu’il répète avec force : « Je m’appelle Asher Lev. » »

Photo : Alejandro Guerrero

Dans le même numéro (février 2024)

  • Le dossier du mois

    Paris se dépeuple, notre arrondissement aussi

    Maxime Renaudet
    La nouvelle cartographie des quartiers prioritaires de la ville (QPV) de Paris a été dévoilée par le ministère du Logement et de la Ville. Hormis dans les « faubourgs », celle du 18e n’a subi que de légères modifications.
  • La vie du 18e

    Fermeture programmée de l’Ehpad Robert Doisneau

    Catherine Masson
    Quelle surprise et quelle colère pour les familles des résidents devant la menace de fermeture prochaine de l’établissement.
  • La vie du 18e

    L’école des CloŸs en danger

    Cornélie Paul
    Après les séniors de l’Ehpad Doisneau, les bambins de l’école maternelle des Cloÿs pourraient eux aussi être forcés de déménager.
  • Porte Montmartre

    Geeks, néophytes, venez comme vous êtes !

    Maxime Renaudet
    Gameplay, tests, analyses, rencontres compétitives, le Sierra Game’s Club se réunit chaque mois pour décortiquer des jeux vidéo. Une initiative inédite qui a déjà trouvé ses adeptes.
  • Goutte d’Or

    Mineurs isolés, de la galère à la galerie

    Pia Carron
    Des ateliers organisés par l'Echomusée ont permis à de jeunes migrants d'exprimer leur expérience.
  • Histoire

    Quand Buffalo Bill enchantait 7000 spectateurs

    Annick Amar
    À la Belle Époque, la place de Clichy rayonnait grâce à son hippodrome, qui pouvait accueillir jusqu’à 7 000 férus de cirque et de spectacle équestre. Mais la gestion du lieu, trop longtemps défaillante, ne lui a pas permis de perdurer.
  • Les Gens

    Un pharmacien humaniste

    Noël Bouttier
    Située sur la bruyante avenue d’Ornano, entre le métro Simplon et la porte de Clignancourt, la pharmacie de Nabil Otmani frappe par sa superficie réduite et l’ambiance apaisée qui y règne. Même quand la clientèle se presse dans le passage étroit.

n° 328

juillet/août 2024