Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

Janvier 2016 / Culture

Une association pour défendre le Grand Parquet [Article complet]

par Michelle Buisson

Habitants, artistes et associatifs s’inquiètent pour l’avenir de cette structure.

C’est un des rares lieux à programmer des spectacles engagés et diversifiés, un lieu avec énormément de possibles », déclare une conteuse qui a été programmée au Grand Parquet dans le cadre d’un festival. Une commerçante, riveraine du lieu, renchérit : « c’est un lieu magique qui a fait beaucoup bouger ce coin-là et permet à la rue d’Au­bervilliers d’évoluer ».
Le 8 décembre, dans le foyer du théâtre, les réflexions fusent. Se trouvent réunis des habitants du 18e et des arrondissements voisins, 10e et 19e, des artistes, des représentants d’associations, des membres de l’équipe actuelle bientôt rejoints par des membres plus anciens qui ont participé à la fondation du Grand Parquet.
Tous sont inquiets que la Ville de Paris ait proposé, sans appel à projet, de « confier » la gestion de ce lieu à l’association Paris-Villette avec un objectif « dans la continuité de l’action menée » mais également un projet de maison d’artistes, qui serait « un lieu de travail ». C’est ce qu’indique la délibération proposée au dernier Conseil de Paris et sur laquelle les élus écologistes et du Front de gauche se sont abstenus. La programmation doit, selon la délibération commencer au 1er janvier, et « mettre en place un partenariat avec le tissu associatif local ».

Un public ou des résidents ?

Mais pour l’heure, rien n’a filtré de cette programmation et les associatifs présents n’ont pas été contactés ! Ils ont donc décidé de se regrouper en association, Les Amis du Grand Parquet. Celle-ci a pour objet de contribuer à la poursuite des activités artistiques, culturelles et citoyennes développées au Grand Parquet dans un esprit d’ouverture vers les publics et les habitants dans leur diversité et de fédérer les personnes, spectateurs, artistes, associations, mouvements… qui sont attachés aux propositions et aux projets collectifs mis en place depuis sa création en 2005 par les équipes du théâtre.
En effet, il est question dans la délibération votée le 15 décembre d’hébergement de compagnies alors que ce qui a fait la vie du Grand Parquet, c’est la qualité d’un projet collectif qui a mis en dialogue les contenus artistiques, le monde artistique, celui de l’imaginaire, des idées et le quotidien, les publics.
Le mot est lâché : pas de vie du parquet sans ses publics, pas seulement ses résidences ! « Je suis entrée en sympathie avec le Grand Parquet », dira une intervenante qui soulignait par là le lien de cet équipement avec le quartier, et au-delà, l’attachement du public. Enfin, de nombreuses voix ont souligné la nécessité d’en finir avec un barriérage fait à la va-vite qui morcelle le territoire au lieu de l’unifier pour s’accorder sur ce constat : « On sanctionne des quartiers qui sont déjà en difficulté en supprimant un lieu comme celui-là ».


Contact : lesamisdugrandparquet@gmail.com

Dans le même numéro (Janvier 2016)

n° 286

octobre 2020