Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2014 / Les gens

Roxane Decorte, le grand tournant

par Michel Cyprien

À 17 ans, elle s’engage en politique au sein du RPR. Pendant 27 ans, elle va mener une politique de proximité sans failles jusqu’au jour où le politique « l’a tuer ».

Je suis née en décembre 1970, à la clinique rue Ordener, de père inconnu. Ma mère m’abandonne à la naissance. J’ai été élevée par ma grand-mère, au 32, rue de La Chapelle et j’habite encore dans le même immeuble  ». Roxane fera ses études à l’école du Sacré-Cœur, au collège de la Madone puis au lycée Charles de Foucauld. Déléguée de classe chaque année, elle affiche déjà un engagement total pour toutes les causes touchant les élèves. Son grand regret est d’avoir fait études primaires et secondaires sans une bibliothèque, sans un livre à la maison, elle aime être encombrée par les livres.
Bac D en poche, elle rêve de faire médecine. « Il n’y a que les gens riches qui font médecine. Sois prof, c’est bien pour une femme  », lui réplique sa grand-mère. Alors ce sera la Sorbonne et une maîtrise d’histoire. « Les rentrées de classe, de collège, de lycée et de fac ont toujours été un calvaire pour moi. Barrer à chaque fois père et mère était insupportable. Enfant, la différence est difficile à vivre. »
À 17 ans, elle travaille au BHV pour payer ses études supérieures et adhère au RPR. « J’ai préféré le gaullisme aux solutions collectives. Chirac me donnait l’impression d’un engagement humaniste qui, a priori, me convenait mieux. Je me suis retrouvée dans une grande famille où des gens de toutes origines sociales participaient aux réunions. À cette époque, j’ai connu deux femmes exceptionnelles : Simone Veil et Michèle Barzach. Par leurs approches humanistes, leurs combats âpres, elles m’ont donné envie de politique. C’était une manière aussi de refuser une vie étriquée, repliée sur moi-même, un tracé linéaire qui ne me convenait pas. »

L’ère Séguin

De 1988 à 1999, Roxane milite ardemment, avec un dévouement sans bornes qui la verra propulsée responsable des jeunes RPR de sa circonscription. En 1999, Jean-Pierre Pierre-Bloch est nommé adjoint à la Mairie de Paris en charge du commerce, de l’artisanat et des PME. Roxane devient son chef de cabinet. « L’Hôtel de Ville est un espace de travail exceptionnel où j’ai aimé faire, construire, suivre des dossiers sur le terrain.  »....(Lire la suite dans le numéro de décembre 2014)


Photo : © Christian Adnin

Dans le même numéro (décembre 2014)

  • Culture

    Courts métrages gratuits pour petits et grands

    Thomas Sillas
    Documentaires, fictions, films d’animation… Le jour le plus court, le festival de tous les courts métrages, a lieu du 19 au 21 décembre, à (...)
  • Clignancourt

    Ça crack rue Marcadet

    Bernadette Barrois
    Ils sont arrivés voici environ un an et, depuis, passent une grande partie de leurs journées… et de leurs nuits sur les trottoirs de la rue Marcadet (...)
  • Clignancourt

    ZEP : quatre écoles du 18e exclues [Article complet]

    Brigitte Batonnier
    Quatre écoles du 18e risquent d’être exclues du Réseaux d’éducation prioritaire (anciennement ZEP). Reportage dans l’une d’elles, l’école maternelle (...)
  • Histoire

    1914 : quand la Compagnie générale des omnibus devient une manufacture d’armes

    Nadia Djabali
    La guerre de 14 a bouleversé cette grande entreprise du 18e dont les bus de transport parisien sont partis sur le Front. Ce qui te frapperait (...)
  • La Chapelle

    Au secours du Bois-Dormoy

    En deux jours, plus de 200 personnes avaient déjà signé la pétition « Sauvez le Bois Dormoy » lancée le 20 novembre dernier par l’association du Bois (...)
  • Grandes Carrières

    Prolongement de la ligne 14 : encore cinq ans d’attente

    Marie-Odile Fargier
    Déception pour les 610 000 usagers de la ligne 13 du métro entassés quotidiennement dans les voitures les plus chargées du réseau. La prolongation de (...)
  • Goutte d’Or - Château Rouge

    L’Olympic café en vente sur leboncoin.fr

    Nadia Djabali
    À vendre bar restaurant avec salle de concert au sous-sol, 150 m2 au rez-de-chaussée et 350 m2 au sous-sol pour concert. Prix 450 000 €. La salle (...)
  • Simplon

    Collège Marie-Curie : ils chantent l’Europe

    Nadia Djabali
    Un choeur de cent élèves du collège Marie-Curie a interprété le 13 novembre l’hymne européen, l’Ode à la joie. Ce jour-là, le collège, qui compte une (...)
  • Porte Montmartre

    Des arbres fruitiers porte de Clignancourt

    Marie Berthomé
    « Vergers urbains » veut associer les riverains à la plantation d’arbres fruitiers au pied des immeubles. Plantons le décor. Derrière les sentiers (...)
  • La vie du 18e

    Le 18e vu par Patrick Modiano, prix Nobel de littérature

    Dominique Delpirou
    De souvenirs en rencontres inattendues, les romans du nouveau prix Nobel de littérature arpentent souvent notre arrondissement. Il est difficile (...)
  • Le dossier du mois

    Bons et pas chers dans le 18e, plein de restos à 10 € maxi

    Annie Katz, Catherine Soubelet, Danielle Fournier, Florianne Finet, Geneviève Stévenin, Guillaume Jan, Marie-Odile Fargier, Mary B. Adams, Nadia Djabali, Pierrick Yvon, Sylvie Chatelin, Thomas Sillas
    Pas nécessaire de dépenser des centaines d’euros dans un billet d’avion pour faire un tour du monde culinaire (presque) complet sans quitter le 18e. (...)

n° 281

avril 2020