Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2021 / Simplon

Projet Ordener- Poissonniers : la fin du rêve « extraordener » ?

par Dominique Gaucher

Diminution du nombre de logements, augmentation relative des espaces verts sont au programme mais riverains et associations sont encore loin d’avoir obtenu ce qu’ils souhaitaient. Néanmoins, la porte reste entr’ouverte à la poursuite de la concertation.

Le « nouveau projet » Ordener-Poissonniers a été présenté lors de la réunion de clôture de la concertation réglementaire. L’idée d’aménager 3,7 des 5 hectares de cette grande friche ferroviaire remonte à 2015. Elle s’inscrit dans l’ambitieux projet « Paris Nord-Est élargi » lancé par la Ville. L’opération envisageait initialement la construction de 620 logements et d’un square de 4 000 m2 représentant à peine 10 % de la superficie totale.

La dernière mouture présente des évolutions notables. La superficie du jardin public augmente : il occupera 15 200 m2 en pleine terre. Il y aura aussi une bande maraîchère de 3 000 m2. Le nombre de logements est ramené à 400. La moitié sera de l’habitat social, le restant des logements intermédiaires et en accession à la propriété. Les 8 000 m2 d’équipements publics permettront l’installation d’une école, d’un plus grand conservatoire de musique, d’une salle de spectacle. Un incubateur de créateurs industriels et l’école de design Camondo devraient trouver place sur les 11 000 m2 d’activités tertiaires.

Les défenseurs du projet insistent sur l’apport de ces activités et services publics. Ainsi que sur l’installation attendue d’autres équipements : un cinéma, 6 500 m2 de commerces, 5 500 m2 d’espaces de coliving* avec une auberge de jeunesse, enfin 4 000 m2 d’activités relevant de l’économie sociale et solidaire (ESS). Plusieurs programmes seront installés dans la partie patrimoniale des anciens ateliers SNCF que tous souhaitent préserver.

Eric Lejoindre, maire du 18e, Anne Claire Boux, adjointe à la maire de Paris chargée de la politique de la ville et élue du 18e, des dirigeantes d’Espaces ferroviaires et l’architecte se sont félicités d’évolutions prises « dans l’intérêt du quartier ». Après avoir vanté le caractère hautement écologique de cette réalisation « bas carbone », ils ont aussi mis en avant son caractère participatif, avec les ateliers conduits par Espaces ferroviaires dès 2015.

Du côté des insatisfaits

Les collectifs d’habitants et les associations partagent-ils cet enthousiasme ? Pas vraiment si l’on en croit le porte-parole du collectif Extraordener, créé l’été dernier, qui reprend pour l’essentiel les revendications de celui de Dépôt Chapelle, né dès 2016. « Les améliorations, observe Jean Marc Jacob, restent marginales par rapport à l’économie globale du projet. Cette opération ne va pas désenclaver le quartier. Or, sa situation à proximité de la Goutte d’Or, des quartiers Amiraux et Marx Dormoy offrait une occasion unique de le faire. » La superficie permettait d’y réaliser un vrai parc, sans immeubles alentour, seul moyen d’éviter les îlots de chaleur.

« Quant au logement, nous ne sommes pas contre le social, poursuit Jean-Marc Jacob. Mais nous souhaiterions qu’il ne soit pas toujours concentré sur les mêmes secteurs et au sein des mêmes arrondissements. Nous nous inquiétons aussi du flou entourant les surfaces de logement. Quant à la part donnée aux bureaux, il y en a déjà trop actuellement et de nombreux sont vides. Nous craignons aussi que la halle ne se transforme en galerie commerciale. »

Le collectif s’inquiète également de l’impact, à terme, de l’opération ou plutôt de l’ensemble des opérations d’aménagement prévues dans le 18e. Quel sera l’apport global de population ? Est-on sûr de la proportion d’espaces verts à disposition des habitants ? Il regrette aussi l’absence d’une étude récente d’impact sur la circulation et s’inquiète des conséquences du chantier. « Nous n’arrivons pas à savoir comment il sera organisé. Beaucoup de gros camions devront passer dans le quartier… »

Quant à Martine Robert, une habitante très présente lors des premières années de conception du projet, elle évoque avec enthousiasme la « table de quartier, ce lieu d’intelligence collective où chacun pouvait noter ses besoins et ses propositions. Rien à voir avec les ateliers organisés par Espaces ferroviaires où l’approche est totalement bridée et formatée. »

Mais un projet plus équilibré

Enfin, l’association pour le suivi de l’aménagement Paris Nord-Est (ASA-PNE) estime, elle, le nouveau projet « plus équilibré » tout en demeurant vigilante sur certains aspects : l’impact sur les flux de circulation, l’insertion urbaine des bâtiments patrimoniaux et le devenir de l’immeuble en brique du 26 ter rue Ordener, la question des hauteurs d’immeubles – pour éviter les ombres portées sur le voisinage, il ne faudrait pas dépasser sept étages.

Le Conseil municipal se prononcera l’été prochain. La délivrance des permis de construire devrait intervenir en 2022. De leur côté, les élus et Espaces ferroviaires annoncent la poursuite de la « concertation » avec la tenue annuelle de deux à quatre comités de suivi.

Dans le même numéro (mai 2021)

  • Le dossier du mois

    De la rue au salon : du vert à tous les étages

    Elyse Yacoub, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Dedans comme dehors, les citadins ont envie de vert. Végétaliser les rues, prendre soin des pieds d'arbres ou agrémenter salons et balcons de plantes en tous genres est devenu très tendance. Pour le plaisir, le bien-être, l’apaisement mais aussi davantage de convivialité en ville.
  • La vie du 18e

    Un rapace sur la Butte

    Jacky Libaud
    Cela mérite d’être souligné, chez Monsieur et Madame Epervier, c’est Madame qui monte au front et tient tête aux corneilles houspilleuses.
  • La Goutte d’or

    Marche sportive pour des femmes entre deux mondes

    Florianne Finet
    Tous les samedis, une quinzaine de femmes de la Goutte d’Or se retrouvent pour marcher à Montmartre. L’occasion de faire du sport tout en découvrant un autre quartier.
  • La Goutte d’or

    Passage de relais à la Salle Saint-Bruno [Article complet]

    Stéphane Bardinet
    Après dix ans à la direction de l’association, Estelle Verdier gardera en mémoire la vitalité du quartier.
  • Porte de Montmartre

    Chambres d’hôtel pour étudiants précaires

    Cornélie Paul
    Depuis quelques mois, des chambres d'hôtel abritent des étudiants en situation précaire, refuge contre les conséquences de la crise sanitaire.
  • Évangile-Charles Hermite

    Vélo-cargo : une scop et des livreurs heureux

    Stéphane Bardinet
    Avec ses coursiers en vélos-cargos électriques, la société Olvo illustre la montée en puissance des micromodes de transport pour s’adapter aux nouveaux usages et s’affranchir de la congestion du trafic. Installée dans la zone industrielle CAP 18, la jeune scop est également en pointe sur la politique sociale et fourmille de projets.
  • Montmartre

    Le mécano de la Capitale

    Dominique Dugay
    Les dessous de la Butte abritent un atelier de mécanique à l’ancienne, temple de la clef à molette et du cambouis.
  • Du vert à tous les étages

    A la maison : plantes et boutures, cultiver son intérieur

    Sandra Mignot
    Le vert gagne du terrain partout, même à l’intérieur. Rencontre avec les nouveaux accros du jardinage d’appartement.
  • Du vert à tous les étages

    Devant l’école : de la couleur et des arbres en pleine terre

    Sylvie Chatelin
    Deux rues vont bientôt être réaménagées et rendues aux enfants et aux piétons. Fermées à la circulation devant les établissements depuis septembre 2020 afin de réduire la pollution, assurer la sécurité et se réapproprier l’espace public.
  • Du vert à tous les étages

    Dans la rue : un collectif au pied des magnolias

    Elyse Yacoub
    Ce n’est pas d’hier que les questions d’insalubrité et d’hygiène agitent le Landerneau parisien. Sans doute y a-t-il aussi à redire de l’état des lieux du 18e arrondissement. Néanmoins, si la critique est aisée, l’art du jardinage est difficile.
  • Histoire

    La Commune de Paris : le temps d’une chanson

    Philippe Darriulat
    Cet article est le dernier de trois consacrés à la Commune. Après le rôle primordial joué par les femmes pendant ces soixante-douze jours d’insurrection, voir le numéro de mars, et la place des images sous forme de caricatures, dessins ou photos ; numéro d'avril, cette série s’achève en chansons et sur la mémoire sonore d’une époque. Certaines ont franchi les ans et témoignent encore de ce moment exceptionnel qui dura si peu mais qui marqua si fort la mémoire collective.
  • Culture

    Musique baroque et hip-hop cassent les barrières

    Dominique Boutel
    Bravant les difficultés liées aux consignes sanitaires, port du masque, fermeture des écoles, confinement, le projet Hip Baroque Choc réconcilie les élèves du lycée Auguste Renoir avec le répertoire baroque et souvent, avec eux-mêmes.
  • Culture

    Chant, musique, danse : un spectacle total

    Dominique Boutel
    Le projet Voi(e,x,s), mené depuis trois ans par la compagnie Manque pas d’Airs (MPDA), se fait l’écho d’un travail sur l’interaction possible entre la musique et l’urbanisme.
  • Les Gens

    Danièle Pélissier : la dame des lumières

    Dominique Gaucher
    Présidente de l’Association de défense de Montmartre et du 18e arrondissement (ADDM 18) durant 25 ans, elle vient de passer le flambeau.

n° 297

octobre 2021