Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2021 / Du vert à tous les étages

Dans la rue : un collectif au pied des magnolias

par Elyse Yacoub

Ce n’est pas d’hier que les questions d’insalubrité et d’hygiène agitent le Landerneau parisien. Sans doute y a-t-il aussi à redire de l’état des lieux du 18e arrondissement. Néanmoins, si la critique est aisée, l’art du jardinage est difficile.

Tandis que le hashtag #saccageparis inonde les réseaux sociaux pour dénoncer l’enlaidissement de la capitale, des habitants se mobilisent pour faire perdurer des espaces de verdure dans leur quartier. C’est le cas du collectif Magnolias, groupe d’habitants qui s’affairent depuis 2014 à végétaliser les douze pieds de magnolias de la rue Saint-Bruno, à la Goutte d’Or.

C’est à l’initiative de certains adhérents de l’association La Goutte verte que ce projet a émergé. En 2012, les pieds de magnolias étaient pavés et entourés d’herbes folles, ce qui n’était pas du goût de tous les riverains. La Mairie a donc émis la volonté de bétonner et d’installer des grilles circulaires au pied des arbres, sur le modèle de la rue Saint-Mathieu.

En 2014, une réécriture du projet a relancé la dynamique pour convertir les pieds grillagés en terre cultivable. A l’issue d’un appel à participation, une dizaine de personnes motivées se sont réunies : le collectif Magnolias était né ! L’idée initiale était de créer des parcelles de terre, cultivables par tous et pour tous. Deux jeunes du club de prévention ont notamment aidé à poser les bordures dans le but de développer un chantier éducatif autour de la végétalisation de ces espaces.

Dans le langage des fleurs…

Le jardinage des parcelles (de 9 m2 chacune) a donc débuté durant l’été 2014 mais les bordures se sont rapidement dégradées : les passants s’assoient dessus, y jettent leurs déchets ou y font faire les besoins de leur chien… ce qui rend le travail d’entretien difficile et parfois décourageant pour les bénévoles. Le service de propreté du 18e contribue au nettoyage deux fois par semaine mais c’est d’une présence régulière dont manque le plus les « Magnos ».

La localisation ne facilite pas la tâche car il n’y a pas de commerces et très peu d’habitations à proximité directe. Trouver un point d’eau afin d’effectuer un arrosage régulier est problématique. Faire des allers-retours avec un arrosoir jusqu’au jardin partagé situé à 500 m n’est pas la solution la plus pratique.

Pourtant, les habitants sont toujours contents de voir des personnes jardiner dans leur quartier. Johan, bénévole de l’Univert, a récemment repensé l’aménagement de l’un des pieds en y installant des bacs surélevés. Après une semaine de travail, il le confirme : le jardinage dans l’espace public génère un retour positif des passants. « C’est une activité prétexte au lien social », explique de son côté Lucie, également membre du collectif. Les Magnolias et le jardin partagé l’Univert ont d’ailleurs lancé un vote en ligne afin de faire valider le financement de trois nouveaux bacs par le conseil de quartier.

… le magnolia symbolise la force

Le collectif peut également compter sur le soutien de la salle Saint-Bruno, structure associative, qui fournit à la fois des ressources en eau, un lieu pour se réunir mais aussi des forces vives. Angèle, récemment arrivée en service civique, a rejoint la coordination du projet de végétalisation dans le cadre de sa mission de sensibilisation aux questions de développement durable. L’association Espoir Goutte d’Or (EGO) s’est également associée à la dynamique ; ses usagers toxicomanes devraient prochainement s’emparer de l’entretien de l’un des pieds situés à côté de l’école.

Structures, associations, habitants… tout le monde est donc le bienvenu pour contribuer à ce projet de végétalisation de l’espace urbain. La prochaine journée de jardinage collectif est prévue le mercredi 26 mai à partir de 14 h et sera suivie d’un moment de convivialité. « Partager un thé ensemble, c’est tout aussi important », confie Anne, une autre bénévole.

Un bon moyen de participer à la vie du quartier et faire connaissance avec le voisinage !

Photo : Elise Yacoub

Dans le même numéro (mai 2021)

  • Le dossier du mois

    De la rue au salon : du vert à tous les étages

    Elyse Yacoub, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Dedans comme dehors, les citadins ont envie de vert. Végétaliser les rues, prendre soin des pieds d'arbres ou agrémenter salons et balcons de plantes en tous genres est devenu très tendance. Pour le plaisir, le bien-être, l’apaisement mais aussi davantage de convivialité en ville.
  • La vie du 18e

    Un rapace sur la Butte

    Jacky Libaud
    Cela mérite d’être souligné, chez Monsieur et Madame Epervier, c’est Madame qui monte au front et tient tête aux corneilles houspilleuses.
  • La Goutte d’or

    Marche sportive pour des femmes entre deux mondes

    Florianne Finet
    Tous les samedis, une quinzaine de femmes de la Goutte d’Or se retrouvent pour marcher à Montmartre. L’occasion de faire du sport tout en découvrant un autre quartier.
  • La Goutte d’or

    Passage de relais à la Salle Saint-Bruno [Article complet]

    Stéphane Bardinet
    Après dix ans à la direction de l’association, Estelle Verdier gardera en mémoire la vitalité du quartier.
  • Porte de Montmartre

    Chambres d’hôtel pour étudiants précaires

    Cornélie Paul
    Depuis quelques mois, des chambres d'hôtel abritent des étudiants en situation précaire, refuge contre les conséquences de la crise sanitaire.
  • Évangile-Charles Hermite

    Vélo-cargo : une scop et des livreurs heureux

    Stéphane Bardinet
    Avec ses coursiers en vélos-cargos électriques, la société Olvo illustre la montée en puissance des micromodes de transport pour s’adapter aux nouveaux usages et s’affranchir de la congestion du trafic. Installée dans la zone industrielle CAP 18, la jeune scop est également en pointe sur la politique sociale et fourmille de projets.
  • Simplon

    Projet Ordener- Poissonniers : la fin du rêve « extraordener » ?

    Dominique Gaucher
    Diminution du nombre de logements, augmentation relative des espaces verts sont au programme mais riverains et associations sont encore loin d’avoir obtenu ce qu’ils souhaitaient. Néanmoins, la porte reste entr’ouverte à la poursuite de la concertation.
  • Montmartre

    Le mécano de la Capitale

    Dominique Dugay
    Les dessous de la Butte abritent un atelier de mécanique à l’ancienne, temple de la clef à molette et du cambouis.
  • Du vert à tous les étages

    A la maison : plantes et boutures, cultiver son intérieur

    Sandra Mignot
    Le vert gagne du terrain partout, même à l’intérieur. Rencontre avec les nouveaux accros du jardinage d’appartement.
  • Du vert à tous les étages

    Devant l’école : de la couleur et des arbres en pleine terre

    Sylvie Chatelin
    Deux rues vont bientôt être réaménagées et rendues aux enfants et aux piétons. Fermées à la circulation devant les établissements depuis septembre 2020 afin de réduire la pollution, assurer la sécurité et se réapproprier l’espace public.
  • Histoire

    La Commune de Paris : le temps d’une chanson

    Philippe Darriulat
    Cet article est le dernier de trois consacrés à la Commune. Après le rôle primordial joué par les femmes pendant ces soixante-douze jours d’insurrection, voir le numéro de mars, et la place des images sous forme de caricatures, dessins ou photos ; numéro d'avril, cette série s’achève en chansons et sur la mémoire sonore d’une époque. Certaines ont franchi les ans et témoignent encore de ce moment exceptionnel qui dura si peu mais qui marqua si fort la mémoire collective.
  • Culture

    Musique baroque et hip-hop cassent les barrières

    Dominique Boutel
    Bravant les difficultés liées aux consignes sanitaires, port du masque, fermeture des écoles, confinement, le projet Hip Baroque Choc réconcilie les élèves du lycée Auguste Renoir avec le répertoire baroque et souvent, avec eux-mêmes.
  • Culture

    Chant, musique, danse : un spectacle total

    Dominique Boutel
    Le projet Voi(e,x,s), mené depuis trois ans par la compagnie Manque pas d’Airs (MPDA), se fait l’écho d’un travail sur l’interaction possible entre la musique et l’urbanisme.
  • Les Gens

    Danièle Pélissier : la dame des lumières

    Dominique Gaucher
    Présidente de l’Association de défense de Montmartre et du 18e arrondissement (ADDM 18) durant 25 ans, elle vient de passer le flambeau.

n° 295

juillet-août 2021