Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2017 / Histoire

Les Poulbots, éternels enfants des rues de Montmartre

par Charline Vergne

Qui n’est jamais tombé sur un dessin représentant un gamin à la mine facétieuse, aux cheveux emmêlés et souvent vêtu de haillons ? Digne héritier de Gavroche, le personnage créé par Francisque Poulbot est aujourd’hui l’un des symboles de Montmartre.

Pour comprendre les origines de ce personnage, il faut s’attarder sur la biographie
de son créateur : Francisque Poulbot. Principalement connu en tant que peintre et illustrateur, l’artiste est né le 6 février 1879 à Saint-Denis, en région parisienne, et décédé à Montmartre le 16 septembre 1946. Guère intéressé par sa scolarité, au grand dam de ses parents qui étaient instituteurs, Francisque Poulbot s’est en revanche découvert très tôt un intérêt pour le dessin. Et chaque jour, il s’évertuait à rendre vivables les interminables heures d’étude imposées, avec la réalisation de nombreux croquis. Des caricatures d’enseignants, ou des représentations d’enfants
libres qui jouent dans la rue.


Sur les fortifs



En 1890, la famille du jeune garçon vit à Saint- Ouen, en banlieue parisienne. À cette époque-là, Francisque Poulbot fréquente les « fortifs » (ancien mur d’enceinte de Thiers démantelé dont le périphérique actuel suit le tracé) et traîne dans le « maquis », un bidonville où survivent dans l’indigence plusieurs centaines de personnes.
Cette misère devient une source d’inspiration pour ses dessins. D’ailleurs, peu de temps avant son échec à l’examen du baccalauréat, il envoie l’un d’entre eux à un journal illustré, Le Pêle-Mêle. Nous sommes en 1895 et il vient d’être publié pour
la première fois.
Par timidité, il renonce aux Beaux-Arts et boude les cours académiques, trop scolaires à ses yeux. L’artiste préfère continuer à se former par luimême. Et cela fonctionne puisqu’en 1896, il collabore avec quelques petites revues. Deux ans plus
tard, le succès se montre plus franc. Grâce à son reportage illustré de l’affaire de « Fort Chabrol », qui paraît dans le Gil Blas en 1899, il sort de l’anonymat. (Lire la suite dans le numéro de novembre 2017)

Dans le même numéro (novembre 2017)

  • Montmartre

    Cocci Market, épicerie de choc et de coeur

    Stéphane Bardinet
    Des produits de qualité, une impressionnante collection d’alcools et un accueil irréprochable : l’épicerie du 49 rue Lamarck ne désemplit pas. « Il (...)
  • Montmartre

    Chiens du « Lapin » dans tous leurs états

    Christian Adnin
    Photographe professionnel reconverti dans l’événementiel, Guillaume Ageron à repris goût à la prise de vue en fréquentant les chiens du « Lapin ». « Le (...)
  • Les Gens

    Vito, dessinateur du quotidien urbain

    Brigitte Batonnier
    Cet ancien architecte puise dans les villes et leurs habitants sa source d’inspiration. Son livre sur Paris fût son premier succès. « Vito, ça (...)
  • Le dossier du mois

    Les conséquences de la disparition des contrats aidés dans le 18e

    Hajer Khader Bizri, Sophie Roux
    Le gouvernement a annoncé la suppression progressive des contrats aidés. Un coup dur pour les associations qui souffrent déjà du manque de moyens (...)
  • La vie du 18e

    Recherche bénévoles et… produits d’hygiène pour femmes en précarité

    Sylvie Chatelin
    Vous souhaitez aider les femmes en grande précarité ? Vous savez faire preuve d’empathie, avez le permis B, parlez une langue étrangère et avez une expérience des personnes en situation difficile ? L’Association pour le développement de la santé des femmes (ADSF) vous attend.
  • La vie du 18e

    À petits pas

    Daniel Conrod
    Marche exploratoire dans le secteur Charles-Hermite/Évangile. D’abord, on s’était dit, méfiance méfiance. Puis, c’est quoi ce truc. Enfin, pourquoi (...)
  • Goutte d’Or - Château rouge

    La station Château-Rouge sous le bleu de Barthélémy Toguo

    Stéphane Bardinet
    Ils étaient tous là en ce jeudi 17 octobre, pour l’inauguration officielle de la station Château Rouge nouvelle mouture. Le maire du 18e, l’ancien (...)
  • Goutte d’Or - Château rouge

    Lancer des haches dans le 18e

    Samuel Cincinnatus
    Les Cognées, la première salle de lancer de haches en France, vient d’ouvrir dans un ancien garage rue Stephenson. Son créateur veut en faire un lieu (...)
  • Goutte d’Or - Château rouge

    Les scouts sont de retour

    Camille Sarrot
    Après plusieurs années d’absence, les Scouts et Guides de France recréent un groupe dans le 18e.
  • Culture

    Art sacré de la calligraphie et street art dialoguent à l’ICI

    Jacqueline Gamblin
    L’exposition « Lettres ouvertes, de la calligraphie au street art » réunit les grands maîtres de la transcription du Coran à travers les siècles et des artistes contemporains transgressant ses règles strictes.
  • Clignancourt

    « Elles », opéra interactif métissé de la Chorale participative

    Sylvie Chatelin
    Plus qu’une chorale, ce chœur de femmes participera à la création d’une scénographie associant arts plastiques et numériques, musique, danse et bien (...)

n° 284

juillet-août 2020