Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2020 / La vie du 18e

Gare du nord : les propositions des urbanistes

par Dominique Gaucher

Les experts mandatés par la Ville de Paris soulignent notamment le caractère démesuré du projet Stationord et le manque de connexion avec les quartiers environnants.
Dominique Gaucher

L’enquête publique préalable à la délivrance du permis de construire pour la transformation de la gare du Nord s’est achevée le 8 janvier 2020. Le 19 décembre 2019, les experts, urbanistes et ferroviaires, missionnés par la Ville de Paris ont proposé des pistes d’amélioration au projet gare du Nord 2024. Rappelons que le projet présenté en juillet 2019 avait d’abord été salué avant de soulever les critiques de nombreux architectes et urbanistes en septembre. La SNCF et la Ville de Paris s’étaient alors accordées en faveur d’une révision du projet.

Le rapport le plus global, confié à quatre urbanistes reconnus, « indépendants et bénévoles », porte sur le projet confié à Stationord, société d’économie mixte associant la SNCF et Ceetrus, ex Immochan, chargée de sa réalisation. Il déplore « l’étroitesse du périmètre du permis de construire et le flou quant aux conditions de son insertion urbaine », source de l’une des principales faiblesses du projet. Il remet aussi en cause l’hypothèse, non démontrée, d’un accroissement très important du trafic des grandes lignes, base du programme actuel. L’augmentation du trafic devrait toucher prioritairement le RER et le métro.

Dissocier les travaux

Les experts proposent de ne plus considérer 2024, année des Jeux olympiques, comme une date butoir pour l’achèvement des travaux. Ils souhaitent dissocier les aménagements indispensables à cet événement de ceux concernant pour l’essentiel le nouveau pôle d’activité surmontant la gare souterraine soumis à l’enquête publique. Cet échelonnement permettrait d’approfondir la concertation entre les différents partenaires – SNCF, Stationord, Ile-de-France Mobilité, Ville de Paris, Région – sur le pôle d’activité particulièrement contesté dans son format actuel.

Un pôle d’activité trop dense

Gare du Nord 2024 ambitionne « une gare plus ouverte sur son quartier. Une gare plus vivante grâce à la création d’un nouveau pôle de vie inédit à Paris ». La superficie totale atteindrait 136 626 m2 au lieu des 75 111 actuels. Près des deux tiers de ce nouvel espace seraient occupés par des commerces (plus de 31 000 m2) et des bureaux (presque 13 000 m2). Les équipements d’intérêt collectif, culturels, sportifs et autres, se partageraient la surface restante.

Les auteurs soulignent le caractère surdimensionné de cette programmation « par rapport aux capacités d’absorption de la gare et de l’environnement urbain de proximité » et proposent « de réduire fortement le programme commercial, de supprimer la salle de spectacle, de repenser les équipements sportifs et le « parc »… de traiter autrement que de manière ultra marginale la question des personnes en détresse ».

Le projet actuel prévoit une délimitation stricte, de type aéroportuaire, entre les départs et les arrivées. Or cette séparation allongerait l’accès aux trains et entrainerait de nombreux dysfonctionnements, indiquent les experts. De plus, elle se traduirait par une grave atteinte patrimoniale et esthétique car les passerelles permettant ces passages seraient installées à l’intérieur de la nef et à l’extérieur. Imaginez l’effet !

Il s’agit d’avoir notamment une vision cohérente de l’ouverture sur la ville. Le projet actuel ne prévoit aucun nouvel accès conséquent vers le 18e. Il en est de même pour l’articulation avec la gare de l’Est et la future transformation de Lariboisière. Un véritable plan de circulation pour tous les véhicules doit aussi être élaboré.

Les pistes d’amélioration semblent fort intéressantes. Elles rejoignent d’ailleurs sur nombre de points les observations et propositions faites tant par les associations d’habitants que de voyageurs. Reste à connaitre le sort qui leur sera réservé. Il revient désormais au préfet de région d’accorder (ou pas) le permis de construire.

ohoto Mouni’Is

Dans le même numéro (février 2020)

  • Le dossier du mois

    Municipales, paroles de campagne [Article complet]

    Danielle Fournier, Sophie Roux, Thierry Nectoux
    Le 18e du mois a élaboré un dispositif spécifique pour vous présenter les candidats qui briguent la mairie d’arrondissement. Il sera complété par un second volet dans notre édition de mars. Le 18e du mois a choisi de poser deux questions à chacun des candidats têtes de liste aux municipales de mars prochain dans le 18e, en leur demandant une réponse précise et surtout synthétique. Le dispositif a été identique pour tous les candidats : ils ont été filmés entre le 11 et le 22 janvier, sans mise en scène ni préparation, devant la mairie.
  • Hommage

    Le dépot de La Chapelle, de la vapeur à la caténaire

    Nadia Djabali
    Nadia Djabali, qui a rédigé cet article en octobre 2016, nous a quittés après de longs mois de souffrance. Comment partager, sous le choc du chagrin, notre immense tristesse ? Nous republions cet article en hommage à celle qui a été l'âme de notre mensuel et reviendrons sur ses 20 années passées au journal dans notre prochain numéro.
  • La vie du 18e

    le made in paris labellisé

    Sonia Imbert
    Pour la troisième édition, la Ville de Paris a valorisé les produits façonnés dans la capitale, en décernant le label Fabriqué à Paris à plus de 300 artisans, créateurs, entrepreneurs. Sans surprise, nos talents du 18e se sont fait remarquer.
  • La vie du 18e

    Achetez en vrac, les dauphins vous diront merci !

    Florianne Finet
    Gobelets en lot, assiettes jetables, cotons-tiges, bouteilles d’eau dans les cantines scolaires... Tous ces produits du quotidien qui contiennent du plastique sont interdits depuis le 1er janvier.
  • Montmartre

    Restos du cœur

    Christine Legrand
    Le pied de la butte Montmartre abrite le plus grand centre parisien de distribution alimentaire des Restos du cœur. Plus d’un millier de familles y viennent chaque semaine chercher de quoi se nourrir.
  • Culture

    Pierre Richard à l’atelier

    Sandra Mignot
    L’inconnu qui habite le dernier étage. Pierre Richard s’illustre dans un seul en scène où l’image et la gestuelle remplacent la parole.
  • Les Gens

    Silvia Dieguez : une gardienne attentionnée

    Noël Bouttier
    A la porte de Clignancourt, une gardienne d’immeubles d’origine brésilienne, Silvia Dieguez, dispense jour après jour des trésors de bonne humeur et de gentillesse.