Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2019 / La vie du 18e

Espoir 18 radicalise la prévention

Avec dix petits films conçus et réalisés par des jeunes des 18e et 19e, l’association reçoit le prix de la prévention de la délinquance, décerné par le Forum français pour la sécurité urbaine.

« C’est une fierté et une reconnaissance pour nos jeunes, ce prix, dans la catégorie »Prévention de la radicalisation violente« , déclare Jérôme Disle, le directeur d’Espoir 18. L’association travaille avec des jeunes de 16 à 25 ans dans les quartiers prioritaires des 18e et 19e, pour les rendre acteurs de leur cité.  »C’est le propre de l’adolescence de se radicaliser contre l’injustice, de croire en sa chance, de se bagarrer, de s’émanciper. Mais nous luttons contre la violence qui empêche de réfléchir aux valeurs du vivre ensemble, même si ce terme est galvaudé..."

Pédagogie adaptée

Pour l’association qui accueille plus de 2.000 jeunes au long de l’année, ce travail a commencé bien avant l’attentat contre Charlie Hebdo. Les théories du complot existaient déjà, mais les propos et attitudes se sont radicalisés après les attentats de 2015. « Notre travail au quotidien sur le terrain avec les jeunes pour les aider à s’orienter, développer leur esprit cri.tique, c’est déjà une lutte contre la radicalisation. Mais si l’on veut vraiment la prévenir, il faut aller beaucoup plus loin », explique Jérôme Disle. « Il faut oser parler de religion, de radicalisation politique, donner davantage la parole aux jeunes... »

Les salariés et bénévoles se sont formés auprès des experts du FFSU, du Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC) entre autres, pour comprendre les mécanismes de la radicalisation et leur parade. Ils se sont servis du théâtre et du cinéma dans leur pédagogie.

Dans le même numéro (mai 2019)

  • Le dossier du mois

    Profs et parents vent debout contre la loi Blanquer

    Sylvie Chatelin
    La loi Blanquer est fortement contestée dans le 18e et plus généralement dans les arrondissements de l’est parisien. Clignancourt, Pajol, Torcy, Cavé, Guadeloupe, Oran, Saint-Luc, Charles Hermite, Duployé, Ferdinand Flocon, Belliard, Poissonniers, Vauvenargues, pour ne citer que ces écoles, sont vent debout contre la loi Blanquer.
  • La vie du 18e

    Du foot et des filles

    Florianne Finet
    Tous les mardis, une vingtaine de footballeuses de 26 à 55 ans se retrouvent, porte de Clignancourt pour échanger quelques ballons, sans pression.
  • La vie du 18e

    La nuit parisienne pour tous

    Dominique Boutel
    Comment concilier vie nocturne et tranquillité des habitants ? C’est le pari de l’association « Les Pierrots de la nuit », qui imagine des scénographies artistiques pour sensibiliser les noctambules aux nuisances sonores.
  • Goutte d’or

    Musique et transmission

    Adèle Stéphan
    Depuis septembre, l’association amène tous les publics à découvrir la musique par des dispositifs originaux, pédagogiques et musicaux.
  • Culture

    L’art outsider pop est de retour

    Monique Loubeski
    Peintres et sculpteurs autodidactes américains du XXe siècle, associés à de jeunes artistes internationaux peu ou jamais exposés, pour un tour du monde de l’outsider pop.
  • Histoire

    Cinéma : les salles disparues et les rescapées

    Danielle Fournier
    D’un fabuleux destin aux derniers des Mohicans, certaines salles obscures ont perduré mais beaucoup ont disparu. Voici le deuxième épisode de notre série sur les salles de cinématographe : de l’âge d’or d’un loisir populaire à l’impact de la télé et les conséquences sociales de ce duel.
  • Portrait

    L’art, une exploration collective

    Sophie Roux
    Anne Cleary et Dennis Conolly sont des artistes atypiques : ils proposent au public des expériences sensorielles inédites et amusent les scientifiques.

n° 281

avril 2020