Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2018 / La vie du 18e

Le foot auto-arbitré, une pratique qui se répand [Article complet]

par Raphaël Blin

Moins onéreuses, plus simples à organiser, les rencontres de foot auto-arbitré à sept se multiplient en Île-de- France. Le 18e compte de nombreuses équipes.

« C’est ici que j’ai touché mes premiers ballons », se souvient Blaise, capitaine du Turlure FC, un club de foot montmartrois qui a pris l’ancien nom du square Marcel Bleustein-Blanchet, tout près du Sacré-Cœur. À 22 ans, ce passionné de football joue les lundis soirs dans un championnat original, puisqu’il rassemble des équipes de foot à sept joueurs et qui n’ont nul besoin d’arbitre.

Confiance et respect

Ce sport amateur a l’avantage d’une plus grande accessibilité que la discipline à onze. En effet, il est plus simple de créer son propre club. S’assurer de la présence de sept joueurs pour toutes les rencontres d’un championnat est moins contraignant. Surtout, il suffit de cinq licences pour fonder une association auprès de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT). Alors qu’en foot à onze, la participation de plus de dix licenciés est exigée.
De plus, notamment pour proposer des championnats très accessibles financièrement, la FSGT a décidé d’instituer un arbitrage effectué par les joueurs eux-mêmes. Ainsi, les capitaines de chaque formation sont invités à s’accorder sur les principales règles avant le coup d’envoi. Les tacles sont interdits. Et des coups de pieds arrêtés sont systématiquement accordés à l’équipe dont un joueur ré- clame la faute. L’auto-arbitrage repose sur des bases de confiance et de respect mutuels afin que chaque rencontre se déroule correctement.
Les matches se déroulent en deux mi-temps de trente minutes chacune sur la moitié d’un terrain de football à onze.
Stimulés par un bon début de saison, les co-équipiers du Turlure FC sont convaincus par cette pratique du football. La FSGT a mis en place un système de groupes par niveau qui permet régulièrement aux équipes de grimper dans un groupe de niveau supérieur, d’être reléguées ou de se maintenir dans leur poule. Grâce à ses cinq victoires en six rencontres, le Turlure FC pourrait gravir plusieurs échelons dès le mois de décembre.

Des équipes nombreuses

Les rencontres des championnats se déroulent essentiellement les soirs en semaine. Les équipes basées dans l’arrondissement sont légion. On re- tient notamment Espoir 18 (mercredi soir), Paris Street Team 18 (samedi matin) ou encore La Chapelle Football Club (samedi matin).
Certaines équipes disposent d’un créneau réservé sur des terrains mu- nicipaux pour les rencontres à domicile. Espoir 18 joue par exemple au stade de la porte de La Chapelle. Si ce n’est pas le cas, les équipes se voient attribuer un lieu différent pour cha- que rencontre à domicile. Le terrain annexe du stade des Poissonniers est régulièrement mis à disposition de la FSGT.

Dans le même numéro (décembre 2018)

  • La Chapelle

    Incivilités au guichet : premier geste pour les postiers

    Florianne Finet
    Pour compenser la pénibilité du travail des guichetiers affectés dans les quartiers populaires du 18e, La Poste va leur verser des primes. Mais rien (...)
  • Les Gens

    Jean Beaujouan, le banquier repenti

    Sylvie Chatelin
    Fils d’agriculteur, il monte à Paris pour devenir banquier, s’installe aux Abbesses... mais ne découvre la face cachée de l’argent qu’à plus de 50 (...)
  • Histoire

    Les trois âges de l’hôpital Bretonneau

    Maryse Le Bras
    En 120 ans de vie, l’hôpital Bretonneau fût d’abord spécialisé en pédiatrie. Il se consacre aujourd’hui à la gériatrie. Entre les deux, une période (...)
  • Goutte d’Or

    Deux artistes singuliers prennent leurs quartiers

    Dominique Boutel, Stéphane Bardinet
    Deux nouveaux artistes investissent le 18e. Mustapha Amokrane devient artiste associé à la programmation de la salle Fleury Goutte d’Or (FGO (...)
  • Goutte d’Or

    Rue Dejean : la Ville et l’État définitivement condamnés

    Marie-Odile Fargier, Sophie Roux
    L’association La Vie Dejean a gagné en justice pour la troisième fois mais la rue et ses alentours retrouveront-ils leur tranquillité ? Et de une, (...)
  • La vie du 18e

    Vinyles : l’étonnante résistance du microsillon

    Léo Leroy
    Longtemps oublié par le grand public mais jamais abandonné par les passionnés, le disque vinyle fait son grand retour ces dernières années. Le (...)
  • La vie du 18e

    Quatre écoles ouvrent la classe aux parents

    Patrick Mallet
    Dans quatre écoles et un collège du 18e, un dispositif d’accompagnement linguistique aide les parents étrangers à pousser la grille de l’école, pour (...)
  • Culture

    Japonisme à la halle Saint-Pierre

    Samuel Cincinnatus
    Huit ans après un premier volet, la Halle Saint- Pierre célèbre l’art brut japonais. Un bonheur de créations sans limite. L’art brut, c’est l’art (...)
  • Le dossier du mois

    Noël autrement... alternatives à la tradition

    Annie Katz, Brigitte Batonnier, Danielle Fournier, Léo Leroy, Raphaël Blin
    Noël est souvent synonyme de surconsommation : repas, décos de fêtes, cadeaux, tenues de soirées. Les euros volent et le gaspillage plane. Cette (...)

En kiosque, n° 273

juillet-aout 2019