Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2020 / Hommage

Champ d’honneur

par Daniel Conrod

C’est plutôt le cœur qu’on voudrait ici débonder de sa rage contenue depuis des semaines, mais le cœur ne dit pas tout d’une traversée humaine une fois que celle-ci s’est brisée net. Le cœur ne sait pas tout. Il nous faut aussi la ruminer, la penser, du moins tenter de le faire, cette putain de camarde qui a emporté Nadia Djabali. La penser absolument parce que s’il est une chose à jamais attachée à notre amie, c’est l’idée toute simple que la pensée en mouvement, la pensée travailleuse, nécessaire, aventurière, bricoleuse fait l’architecture d’une vie, son ardeur et sa dignité. Ne pas perdre la pensée en chemin, la risquer, oui, l’éprouver, oui, mais la perdre, ça non, ça jamais. Tous comptes faits, on n’a pas grand chose d’autre dans la besace, de solidement à soi, de substantiel, particulièrement quand on ne vient pas de la bourgeoisie intellectuelle et que cette pensée, on se l’est gagnée, on se l’est autorisée. Le travail de la pensée, c’est ce qui me reste d’elle. Pas orgueilleuse, cette pensée, ni revancharde, non, modeste, pratique, pirate quelquefois.
Nadia Djabali savait, pour s’y être multiplement écorchée, l’âpreté à penser le chaos de ce temps, tout ce qu’on ne parvient plus à articuler et qui explique nos impossibilités provisoires, l’intime et le collectif, le proche et le lointain, le culturel et le politique, les droits et les contraintes... Elle savait que tant de ressources – les siennes étaient innombrables – tenues à l’éveil, mobilisées, mises en ordre de bataille, n’y suffisaient pas, n’y suffiraient pas. Elle savait qu’il y manquait depuis longtemps un « être-ensemble », un « en-commun » sans lesquels cette pensée erre souvent à l’intérieur du labyrinthe, impuissante, orpheline. Pour celle qui non seulement ne voulait pas être vaincue, mais refusait que restent vaincus celles et ceux qui le sont, le constat était douloureux. Il ne pouvait pas ne pas l’être.
Aurait-il fallu s’arrêter pour autant ? Non, non justement ! Reconstruire la gauche, disait très souvent la vaillante, la non effarouchée, avec son corps de paysanne et sa bouille canaille. Elle a dit ça jusqu’au bout. Enfin presque… Quelquefois avec force. D’autres fois timidement. Oui mais on fait comment ? On raboute, on bricole, on voit ce qu’on a d’abord ou on reprend tout à zéro ? Et là, on se souriait. On scandait sans trop y croire qu’on allait s’y mettre, une fois qu’elle serait guérie. Dans le même temps, je me disais aussi par devers moi que ça n’allait pas être forcément simple de débattre encore et encore avec cette coriace aux mains nues. On se souriait. Il y avait tant de douceur, de liberté à faire le tour de nos archipels, de faire le compte de nos petites forces, sans nous mentir, sans se payer de mots, tout en nous camouflant toujours un peu. Il y avait sa pudeur. Il y avait ses secrets sobrement encapuchonnés et les amples silences qu’ils appelaient.
A quoi nous sert-il de penser ? Nadia Djabali avait sa réponse. A avancer. OK avancer, mais avancer, c’est quoi ? S’émanciper pardi, s’inventer encore et encore, avec l’art, la musique, la peinture, les mots, le féminisme, la politique, pas la politicienne, la politique qui se pense et se fait avec les autres, le journalisme, pas le journalisme cynique, pas le pseudo lucide, pas le supposément dupe de rien, non, le journalisme de l’intelligence sensible, celui qui a choisi son camp et ne s’en cache pas. Elle avait son programme pour la suite. Nous avons le même. Penser, avancer.

Dans le même numéro (mars 2020)

  • Le dossier du mois

    Municipales : focus sur des candidats atypiques

    Brigitte Batonnier, Christine Legrand, Claire Rosemberg, Danielle Fournier, Dominique Gaucher, Marie-Odile Fargier, Noël Bouttier, Sophie Roux, Stéphane Bardinet
    Nous avons demandé à chaque tête de liste de nous présenter un candidat « atypique, décalé, ou inattendu », positionné dans les dix premiers. Nous avons (...)
  • Hommage

    Ce que nous aimions de Nadia

    Anne Bayley
    La disparition de Nadia Djabali – rédactrice, maquettiste, puis rédactrice en chef ; bénévole puis salariée – nous rappelle que ce journal est bien plus (...)
  • Hommage

    Merci pour tout

    Sophie Roux
    Nadia était multiple et entière. Ce qui nous manque ? Ses avis tranchés – quitte parfois à avouer : « oui, t’as raison ! » et à en renvoyer la preuve. (...)
  • Hommage

    Un rouage essentiel

    Dominique Delpirou
    Nadia. Première rencontre au local. On échange quelques mots rapides, courtois, un peu secs. Concentrée sur la mise en page du journal, elle ne veut (...)
  • Hommage

    Frangine de cœur

    Lydie Quentin
    J’ai rencontré Nadia lors de son arrivée au 18e du mois. Progressivement, les liens d’une amitié forte et entière se sont tissés. La maladie puis la (...)
  • Hommage

    Une femme passionnée

    Michel Germain
    Nadia pensait toujours à celles ou à ceux qui allaient la lire. Je me souviens de sa présence, un soir de manifestation, dans le quartier Guy (...)
  • Hommage

    Nadia, belle et rebelle

    Danielle Fournier
    Nadia, entrée au journal en 1997, en est peu à peu devenue l’âme. Jusqu’à ses derniers moments, elle a parlé du 18e du mois, commenté l’actualité et la (...)
  • Hommage

    Les vies multiples de Nadia

    Noël Bouttier
    A ses obsèques au Père Lachaise le 5 février avaient pris place de nombreuses personnes venues d’horizons si différents. Des journalistes, des (...)
  • La vie du 18e

    A peine collées, aussitôt arrachées

    Daniel Conrod
    Placardées dans la nuit du 26 au 27 janvier, certaines des 1 500 affiches en hommage aux enfants juifs parisiens déportés entre 1942 et 1944 ont été arrachées.
  • La vie du 18e

    Rabelais fermé : 1100 lycéens sans abri

    Christine Legrand
    La décision de la Région de fermer en plein milieu d’année le lycée Rabelais « pour des raisons de sécurité » suscite colère et inquiétude.
  • Montmartre

    Claire Bretécher, le trait impertinent

    Janine Mossuz-Lavau
    Identifiée depuis toujours comme la créatrice des Frustrés, la dessinatrice, Nantaise avant de devenir Montmartroise, a été inhumée au pied de la Butte le 15 février.
  • Goutte d’or

    Genre et féminisme au centre Barbara

    Sophie Roux
    Un temps de libération de la parole autour d’un podcast qui traite des questions de genre, de féminisme et d’égalité.
  • Clignancourt

    Bingo : un brassage réussi !

    Sonia Imbert
    La deuxième édition du bingo organisé par l’association Village Clignancourt se tenait le dimanche 19 janvier dernier. Une occasion ludique et festive de réunir toutes les cultures et toutes les générations du quartier.
  • La Chapelle

    Le refuge pour toxicomanes est ouvert

    Claire Rosemberg
    Les bâtiments sont flambant neufs, les meubles et le matériel à peine sortis des emballages. Après des difficultés de démarrage, le nouveau centre de repos pour consommateurs de crack tourne sept jours sur sept dans un no man’s land coincé entre la porte de la Chapelle et l’échangeur vers l’A1.
  • La Chapelle

    Une ferme urbaine inattendue dans le jardin d’Eole

    Sylvie Chatelin
    Une nouvelle ferme a été présentée le 6 février au Grand Parquet en présence d’Eric Lejoindre, maire du 18e, et de Colombe Brossel, adjointe chargée de la sécurité à la Mairie de Paris.
  • Histoire

    Ce que disent les arbres [Article complet]

    Danielle Fournier
    Il y a ceux qui bordent les rues, ceux qui embellissent squares et jardins publics, ceux qui croissent dans les cimetières, sur les talus du périphérique ou le long de la petite ceinture, sans oublier ceux qui sont plantés dans les établissements scolaires et sportifs... ou les jardins privés. Voici l'histoire des arbres de notre arrondissement, un patrimoine conséquent, même si souvent considéré insuffisant.
  • Les Gens

    Le fabuleux destin de Linda Bastide

    Monique Loubeski
    Narbonnaise de naissance, Montmartroise de cœur, Linda Bastide navigue depuis longtemps entre Pigalle et Abbesses. A la veille de ses quatre-vingt-cinq ans, elle se retourne sur les mille existences qui ont constitué sa vie.

n° 285

septembre 2020