Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2013 / Le dossier du mois

Santé : le 18e en manque de médecins

par Dominique Delpirou

Les médecins généralistes désertent le nord-est de Paris : en cause les charges, l’attrait d’autres spécialités, mais aussi les maigres revenus des patients qui ne peuvent payer que le tarif de base.
La santé pour tous est un droit fondamental reconnu par la constitution. Pourtant les inégalités face à la santé prennent une ampleur croissante. Les cas de renoncements à des soins pour des raisons financière se multiplient, de même que les refus de prise en charge par certains médecins des patients les plus pauvres. Paris est évidemment très concerné par ces problèmes. La Ville est aussi confrontée à des enjeux plus spécifique autour de l’offre de soins : déséquilibre généralistes/spécialistes, fréquence des dépassements d’honoraires, mauvaise répartition géographique et désertification médicale dans les arrondissements du Nord-Est, 18e, 19e et 20e.
Ce dossier porte sur la situation de la médecine générale dans le 18e, à l’exclusion des spécialités. D’abord parce qu’elle est la plus préoccupante. Ensuite parce que, depuis la réforme de 2004, qui a institué un parcours de soins, il est nécessaire de consulter son médecin traitant (sauf cas d’urgence) avant de recouvrir à un spécialiste si l’on veut bénéficier du taux maximal de remboursement de la Sécurité sociale (cette règle ne joue pas pour les gynécologues, les dentistes, les ophtalmologues, les stomatologues et les psychiatres). La médecine générale est donc le pivot du parcours de soins

Dans le même numéro (mai 2013)

n° 285

septembre 2020